Ossip Zadkine sur papier & sur jardin

 51dycuaikdl

- Par Sylvain Lecombre – Éditions Paris Musées -

Cet ouvrage, à l’agréable format cahier, en 70 pages, présente l’œuvre d’Ossip Zadkine, sculpteur d’origine russe ( 1890 – 1967 ) qui vécut à Paris dès 1910. Pour rendre compte de l’évolution artistique de Zadkine, Sylvain Lecombre s’intéresse  à « la collection de dessins, de gouaches et d’aquarelles  » qui, du fait de sa fragilité et des précautions de conservation qu’elle nécessite, ne peut être visible que lors d’expositions temporaires. Cet ouvrage a été publié lors d’une exposition de 2009, bien qu’il ne s’agisse pas d’un catalogue d’exposition.

Si Ossip Zadkine est célèbre en tant que sculpteur, il a toujours dessiné et peint, cette activité ayant été indissociable de la sculpture, « deux modes d’expression qui se pratiquaient dans un même mouvement créateur « . L’auteur rappelle que, des années 20 aux années 60, du vivant de l’artiste, les expositions qui lui étaient consacrées, mêlaient gouaches et aquarelles aux sculptures, que certaines expositions ne présentaient que les peintures.

Cet ouvrage distingue les dessins liés et/ou « préparatoires  » à la sculpture des peintures, des gouaches, composées comme des tableaux auxquels aucune sculpture ne répond.

En une douzaine de chapitres chronologiques et concis, Sylvain Lecombre met en évidence les influences et le développement de l’œuvre, l’évolution du sujet fondamental : la figure humaine,  les périodes artistiques resituées dans la biographie ainsi que dans le contexte historique et culturel.

Cet ouvrage est une réussite : plaisant à lire, proposant une iconographie variée de plus d’une quarantaine d’images – accompagnées pour certaines d’un texte détaillé sur le motif, la réalisation, ou marquant la période – accompagnées de mots de l’artiste et d’artistes – , il convient aussi bien pour précéder, accompagner ou poursuivre la rencontre avec l’œuvre d’Ossip Zadkine.

Zadkine 11

Après une année de rénovation, le musée parisien Zadkine rouvre ses portes en ce mois d'octobre 2012.

Lieu de création, de mémoire, de visite, le musée est installé dans la maison du sculpteur et de son épouse, la peintre Valentine Prax qui fit de la ville de Paris, en 1981, le légataire universel des biens de son époux sous réserve qu’un musée consacré à son œuvre soit créé. En 1982, ce musée était inauguré.

Trente ans plus tard, cet espace réaménagé fait honneur aux sculptures. L’exposition se découvre dans des pièces lumineuses et aérées, les murs passés à la blancheur de la chaux réchauffés par les parquets.  Sous les verrières, les trois salles nues accueillent les œuvres – visions du corps, des têtes, visages comme des masques, des torses, des courbes féminines – sur des blocs blancs, mettant en valeur les lignes, les volumes et les matières : granit, calcaire, marbre, bois ( acacia, noyer, ébène ), terre cuite ( comme pour ce Vie Intime ou Cœur Venteux ) et même pierres volcaniques ( pour ces Formes Féminines )

.

Formesf

- Formes féminines - 1922 -

.

Vieintime zadkine 215x300

- Vie intime - 1958 -

.

La visite se poursuit dans le carré de jardin avant de rejoindre l’atelier. En pleine verdure sont exposés des bronzes que l’on admire en promenade aux tons de saisons, profitant des points de vue et perspectives qu’offre cet espace à ciel ouvert. On peut y voir plusieurs projets de sculptures qui s’admirent en Europe, notamment la maquette de La ville détruite, monument érigé à Rotterdam en 1953, celle du Monument aux frères Van Gogh érigé à Zundert au Pays-Bas en 1964.

.

Apollinaire zadkine1 228x300

– Projet de monument à G.Apollinaire – 1948 –

.

Melancolie zadkine 285x300

– La Mélancolie – 1929-1937 –

.

Forethumaine zadkine 1024x838

– La forêt humaine – 1957-1958

.

Dans l’atelier, nous découvrons des bas-reliefs en albâtre provenant d’un hôtel particulier parisien, quelques ébauches et l’impressionnant Prométhée réalisé en bois d’orme avant qu’il ne le soit en bronze.

-Musée Zadkine – 100 bis rue d’Assas 75006 Paris – Le site ICI -

Les œuvres de Ossip Zadkine s’admirent également à travers Paris, le Prométhée devant l’église de Saint-Germain des Prés, Le retour du fils prodigue devant la mairie du XIIIème arrondissement, L’Hommage à Paul Eluard au Jardin du Luxembourg…

06 zadkineeluard

***

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau