Chrétiens d'Orient

Coaffiche

.

Cette exposition présentée à l'Institut du Monde Arabe jusqu'au 14 janvier 2018 propose de parcourir chronologiquement 2000 ans de chrétienté en Orient, dans sa diversité, dans son influence culturelle, politique, spirituelle. 

Cette exposition est une grande exposition, remarquable par la clarté du propos qui nous emmène jusqu'au monde contemporain et par la richesse impressionnante du patrimoine exposé. Des chefs d'oeuvre, dont certains datant des premiers siècles de la chrétienté, incroyablement conservés.

.

Corabbula

- Evangile de Rabbula - Syrie - IVème siècle -

.

On peut y admirer des icônes ( où l'on retrouve l'art de la miniature ), des tapisseries, des parchemins, des Bibles et des Evangiles enluminés, une immense Bible polyglotte ( araméen, grec, syriaque... ), les caractères d'imprimerie en diverses langues orientales, des objets lithurgiques, des splendeurs de plaques d'ivoire, des fresques, des mosaiques, des boites de pélerins, des maquettes et des archives diplomatiques ( dont la longue Lettre de Soliman le Magnifique adressée à François Ier en 1535 attestant la garantie donnée à la France d'être " la protectrice " des Chrétiens de l'Empire Ottoman et des lieux saints *), plus de 300 oeuvres et documents d'archives; on y voit les influences orientales dans les représentations.

Cette exposition est aussi interessante culturellement qu'artistiquement, comme toujours les expositions à l'IMA, et celle-ci, pour les trente ans de l'institution, lui fait honneur.

.

Comanuscrit

- Livre de prière grec-arabe Qondaq - XVIIème siècle -

.

Si certaines pièces proviennent du Louvre, de la BNF ou de musées européens, la majorité des pièces proviennent d'Egypte, de Syrie, du Liban, d'Irak, de Jordanie...  prêtées directement par les communautés chrétiennes auxquelles l'IMA s'est adressé.

Cette exposition est d'une telle richesse que cette chronique ne peut être que fragmentaire, elle ne présente pas ces 2000 ans entre rayonnement et persécutions, prospérité et Croisades.

.

Coicone

- Icône - Prêtre Yûsuf (Youssef Al-Musawwer) - Syrie - Ecole d'Alep - 1650 -

.

Subjectivement, ce que je garde de cette exposition, c'est d'abord les premiers Chrétiens. En racontant les Chrétiens d'Orient, ce sont les premiers Chrétiens qui sont racontés puisqu'ils remontent au Christ, à ces régions du Moyen-Orient de sa prédication, de celles de ses disciples. J'ai lu que c'est à Antioche, capitale romaine en Syrie, que le terme Chrétien a été donné pour la première fois à ceux qui suivaient le Christ.

L'exposition met en évidence le développement rapide, en moins de deux siècles, du chritianisme sur le pourtour méditérannéen, se propageant dans l'Empire romain. Et c'est en cela que le Chritianisme est considéré comme occidental. Durant l'Empire Ottoman, ces Chrétiens accueilleront les pélerins, et seront les " intermédiaires - le lien " permettant aux Occidentaux et aux Orientaux de se rencontrer, de commercer, d'échanger, en Orient comme en Europe ( où l'intêret pour les langues orientales se développent pendant la Renaissance ).

.

Coivoire

- Plaque d'ivoire - VII ou VIIIème siècle - Syrie ou Palestine -

( Musée du Louvre )

.

Je retiens ensuite la précision de l'exposition sur le pluralisme du christianisme oriental, avec la formation des églises coptes, arméniennes, syriaques, grecque orthodoxe... On retrouve notamment ce pluralisme par des photographies du XXème siècle et des videos contemporaines, nous découvrant les visages et les pratiques de ces Chrétiens; une géographie humaine.

.

Cophoto

 "Le prêtre, sa femme et ses deux filles, à Sainte-Anne de Jérusalem" - Jérusalem, 1905 -

( Photographie : Ecole biblique d’archéologie française, Paris )

.

Enfin, j'ai apprécié que cette exposition n'occulte pas les difficultés de ces communautés devenues minoritaires dans l'histoire douloureuse et complexe du Moyen-Orient; région du monde à laquelle ces communautés sont fondamentalement liées. Cette exposition se termine par des photographies contemporaines ( dont une série du photographe égyptien copte Roger Anis ) ainsi que des planches originales de BD témoignant de la situation actuelle, du " être chrétien dans le monde arabe aujourd'hui, exil et mémoire, un patrimoine à protéger. "

- La présentation de l'exposition sur le site de l'Institut du Monde Arabe ( avec diaporama ) ICI -

- * : cette garantie donnée par Soliman le Magnifique à François Ier - le roi qui établit la langue française comme langue nationale sous l'impulsion des poètes de la Pléiade - est essentielle dans l'histoire de la langue française. C'est par cette présence chrétienne française que s'est diffusée la langue française au Moyen-Orient, notamment par les écoles ( c'est un sujet de dossier que j'avais choisi lors de mes études de Français Langue Etrangère, parce que dans ces pays, notamment le Liban, la langue française s'est épanouie sans violence, sans colonialisme ) -

*

Commentaires (8)

1. Aifelle (site web) 26/12/2017

J'ai entendu parler plusieurs fois de cette expo et toujours en bien. J'essaierai d'y aller.

2. Marilyne 26/12/2017

@ Aifelle : ah oui, si tu peux, ce serait dommage de la manquer ( je suis même étonnée qu'elle ne soit pas prolongée )

3. Anne (site web) 26/12/2017

Ce sera pour la semaine prochaine ;-)

4. Marilyne 26/12/2017

@ Anne : excellent choix :-D

5. Praline (site web) 31/12/2017

Quel plaisir de te lire à nouveau :) Désolée de ne réagir que maintenant, mon blog est en roue libre. Expo passionnante en effet que celle-ci, avec des prêts d'exception !

6. Marilyne 31/12/2017

@ Praline : je t'en prie, cela ne m'empêche pas de te lire :) Belle année 2018 à toi ( en espérant tes retours avisés sur les expositions parisiennes )

7. Ellettres (site web) 15/01/2018

C'est là que je regrette de ne plus habiter en région parisienne, cette exposition m'aurait passionnée. Les chrétiens d'Orient ont des traditions si riches, c'est intéressant de les mettre en lumière

8. Marilyne 16/01/2018

@ Elletres : une très belle expo, oui, impressionnant par la richesse ! ( Je ne vis plus non plus en région parisienne, mais comme je ne suis pas si loin, je ne renonce pas :)) ( et c'est aussi pour cela qu'il me paraît important de partager )

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau