Edmond

Edmond tpr 2018

.

Ayant vu la pièce d'Alexis Michalik au théâtre du Palais Royal, nous étions très curieux de l'adaptation cinématographique.

D'abord la pièce : sans aucun doute, elle est excellente, nous avons passé une belle soirée dans un beau théâtre. Il s'agit clairement d'une comédie de boulevard, de qualité, enlevée, aux dialogues savoureux. Les comédiens la portent avec talent. C'est du théâtre dans le théâtre, au rythme vif, rires et émotions. Tout y est dans l'esprit du genre, en plus de l'hommage au théâtre de cette fin XIXème, avec l'immense Sarah Bernhardt, Georges Feydeau ( rôle qu'interprète l'auteur dans le film ) et Courteline, l'apparition de A.Tchekhov ( ainsi que le clin d'oeil aux frères Lumières qui vont bouleverser le monde du spectacle ).

J'écris bien comédie de boulevard, proche de Feydeau, justement. Certaines scènes le rappellent tout-à-fait. Et théâtre dans le théâtre, puisque les plus grandes scènes et tirades du Cyrano sont jouées. Peut-être est-ce là mon bémol quant au succès de cette pièce : la même histoire sans le succès de la pièce de Rostand, la pièce de théâtre la plus jouée dans le monde qui suscita pas moins de quarante rappels lors de la première, que reste-t-il ? Et bien, une sympathique comédie sur la création théâtrale, un brin coquine, effectivement drôle. Sans panache, si j'ose l'expression. Mais il y a l'émotion de ces tirades de Cyrano, et la touche pathétique avec les petits discours sur l'art lyrique, sur l'inspiration, sur la vie de comédiens ( qui m'ont d'ailleurs semblé moins bien passer au cinéma, alourdissant le film )

L'émotionnel lié à Cyrano fut flagrant au théâtre. Les spectateurs ont applaudi à la fin de la scène de la mort de Cyrano. Ce qui permit ce joli moment de théâtre dans le théâtre, les comédiens saluant, interprétant leur rôle de comédiens d'Edmond Rostand.

Cependant, il me semble que " l'intrigue " use trop de cette facilité, le propos étant que Edmond Rostand n'ayant eu que trois semaines pour écrire sa pièce, il utilisa tout ce qu'il vécu comme situations durant cette période pour les transposer dans sa pièce. 

C'est-à-dire que si cette pièce est réellement une réussite dans son genre ( je reconnais que les cinq Molières reçus ne sont pas usurpés ), je m'interroge quand même sur son succès, notamment médiatique, par rapport à d'autres pièces qui m'ont bien plus marquée pour la prestation théâtrale en 2018. Ce succès entraîne un merchandising que je n'avais jamais vu dans un théâtre. Si souvent le texte de la pièce est en vente au théâtre, je n'avais jamais vécu, en sortant, l'appel à acheter la BD et/ou l'affiche, laquelle - si nous attendions dix minutes - pourra être dédicacée par les comédiens.

Le film est une adaptation fidèle de la pièce, quasiment du mot pour mot. Il m'a paru plus vif que la pièce pour la même durée, certains moments trop rapides. J'ai entendu bien moins de rires dans la salle de cinéma qu'au théâtre. Pourtant, aucun reproche à formuler, les acteurs sont aussi excellents. Que l'adaptation soit aussi fidèle n'est pas une surprise en soi, à l'origine Alexis Michalik avait écrit un scénario pour un film cinéma qui lui a été refusé. C'est ainsi que Edmond est devenu une pièce de théâtre.

Nous n'avons pas boudé notre plaisir, pièce comme film, avec la joie de revoir, sur scène comme sur écran Jean-Michel Martial dans le rôle du cafetier Honoré.

Edmond1

.

- Le billet de Dasola -

*

Commentaires (16)

1. Dominique (site web) 21/01/2019

j'ai envie d'aller voir le film mais surtout de regarder pour la nième fois Cyrano

2. Marilyne 21/01/2019

@ Dominique : bien d'accord ! Nous l'avons déjà vu joué sur scène, et bien joué, mais ça n'empêche l'envie d'y retourner. ( pour le film, celui de Rappeneau, je ne peux plus, je le connais par coeur )

3. Mina 21/01/2019

Comme toi, je n'avais pas boudé mon plaisir devant le film (j'ai appris que la pièce serait jouée en ouverture de saison dans un des théâtres bruxellois - autant surfer sur la vague et déjà en faire l'annonce...) et retrouver le panache de Cyrano. Au théâtre, j'avais été plus mitigée face au Porteur d'histoires, qui m'avait laissé la sensation d'une "sympathique comédie", pour reprendre tes mots, qui ne méritait pas des louanges aussi exacerbées que celles dont j'avais eu l'écho.

4. Marilyne 21/01/2019

@ Mina : iras-tu voir la pièce à Bruxelles ? Nous n'avons pas vu Porteur d'histoires. Philippe me dit que les quelques critiques qu'il a entendues à propos de cette pièce correspondent à ce que tu dis, des louanges, des louanges et une adaptation BD aussi... Il semble que A.Michalik soit l'auteur à la mode.

5. Kathel (site web) 21/01/2019

J'ai lu la pièce, pas vue, et ce n'est pas du tout désagréable, ça permet de relire les répliques cultes posément !
Je lis pourtant peu de théâtre, mais là, ça se dévore tout seul...

6. Anne (site web) 21/01/2019

Hélas le film n'est resté qu'une semaine à l'affiche dans ma petite ville (il faut dire qu'il y a le Ramdam, le Festival du film qui dérange en ce moment (et qui a de plus en plus de notoriété). J'aurai bien l'occasion de le voir, j'espère...

7. Mina 22/01/2019

Ah je ne savais pas pour la BD Porteur d'histoires ; un auteur très à la mode, ça se confirme... Pour Edmond au théâtre, j'hésite. J'ai passé un bon moment au cinéma, mais de là à revoir le spectacle ? Peut-être pas. Je verrai quelle est la saison proposée l'an prochain et quelle impression je garde d'Edmond au moment des réservations.

8. niki (site web) 22/01/2019

le film passe à bruxelles pour le moment mais j'hésite - je crois que je préférerais voir la pièce, ton billet en donne envie

9. Marilyne 22/01/2019

@ Kathel : j'imagine bien qu'elle se lit toute seule. J'ai remarqué que ça dépend des pièces. En lisant Arthur Miller, j'en oubliais que c'était du théâtre.

@ Anne : une semaine " c'est un peu court " ;). Ramdam, je ne connaissais pas, le nom est bien trouvé !

@ Mina : oui, l'épreuve du temps... ( pour les BD, j'ai l'impression que c'est la mode aussi, y transposer les succès, comme pour les romans. Ce que fait déjà à foison le cinéma. )

@ Niki : ah, à choisir, la pièce ! Ce principe du théâtre dans le théâtre, c'est un plaisir :)

10. Ann (Litterama) (site web) 23/01/2019

J'ai bien aimé la pièce, mais comme toi, j'ai trouvé d'autres œuvres bien plus originales ou puissantes. ce qui fait sa singularité c'est le succès populaire qu'elle a eu. C'est une pièce qui a rassemblé autour d'elle et qui a rendu au théâtre sa dimension sociale.

11. Annie (site web) 23/01/2019

Tu fais preuve d'une véritable passion en allant voir à la suite l'une et l'autre. Je pense avoir l'occasion de voir le film bientôt. Bonne soirée Maryline.

12. Marilyne 24/01/2019

@ Ann : te remarque est juste à propos du succès populaire qui rassemble et permet de mettre en avant une création théâtrale. Ce qui me gêne un peu, c'est du coup tout le marketing autour...

@ Annie : mon mari est un passionné de Cyrano, quant à moi je suis très curieuse ( et puis, Olivier Gourmet joue dans ce film, ça me motive ). Bonne journée à toi.

13. dasola (site web) 24/01/2019

Bonjour Marilyne, j'avoue avoir moi aussi préféré le film à la pièce qui m'avait paru un peu poussive par moment. Bonne journée.

14. Lili (site web) 24/01/2019

Tu exprimes à merveille ce que j'ai ressenti en voyant le film dernièrement au cinéma. Nous avons passé un très agréable moment, sans prétention, léger et souvent drôle - pour le coup, nous avons ri plusieurs fois. Il est très clair qu'il ne faut pas s'attendre à un chef d'oeuvre non plus et j'avoue avoir tout de même trouvé que l'acteur qui incarne Rostand manquait tout de même un peu d'épaisseur. Mais enfin, pour un samedi soir de détente, le film a parfaitement fait son travail.
Comme la plupart des spectateurs, évidemment, je suis ressortie en ayant envie de relire et de revoir Cyrano, encore. Décidément, autant il m'arrive de me lasser de certaines œuvres intégrales que je fais étudier aux élèves, autant je ne suis pas prête d'avoir fait le tour de cette pièce-là. Quel chef d'oeuvre !

15. Marilyne 25/01/2019

@ Dasola : bonjour Dasola, je te rejoins sur certaines longueurs, parfois, de la pièce, des répétitions de situations, décalées par rapport au rythme.

16. Marilyne 25/01/2019

@ Lili : je ne suis pas étonnée que nous nous rejoignons. Une comédie enlevée qui doit beaucoup au choix de son sujet, la pièce de Rostand ( c'est certain, on ne peut pas s'en lasser. Je passais le film à mes troisièmes en fin d'année, en contextualisant, pièce étudiée ou pas :))

Ajouter un commentaire