Ciné Mars18

Ce mois de mars fut cinématographiquement aventureux, du meilleur au pire ;)

.

Apparition

- Film français de Xavier Giannoli -

- Sortie le 14/02/18 -

Jacques, grand reporter pour un quotidien français reçoit un jour un mystérieux coup de téléphone du Vatican. Dans une petite ville du sud-est de la France une jeune fille de 18 ans a affirmé avoir eu une apparition de la Vierge Marie. La rumeur s’est vite répandue et le phénomène a pris une telle ampleur que des milliers de pèlerins viennent désormais se recueillir sur le lieu des apparitions présumées. Jacques qui n’a rien à voir avec ce monde-là accepte de faire partie d’une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur ces événements.

Un grand beau film, un coup de coeur. Des acteurs impeccables, des rôles sans caricatures, finesse et humanité, du respect pour tous surtout, aucun lyrisme ou pathos outrancier, pas de réponses assénées, pas de polémique, de vraies questions. Nous n'avons pas vu les deux heures passer, nous avons beaucoup discuté après, beaucoup recommandé ce film. Pour son réalisme, pour sa richesse.

Il interpelle ce film, et c'est très bien. S'ouvrant et se terminant sur les combats aux Moyen-Orient, sur les réfugiés, toujours proche des personnes, il nous parle de ce qui est visible et de ce qui ne l'est pas, de ce à quoi nous croyons, pouvons -voulons croire, et ce au-delà d'un propos religieux. La foi dont il est question ne relève pas que d'un dieu mais de notre rapport au monde, aux autres. C'est une quête de vérité, d'une vérité intime.

Ce film, c'est bien plus que le chemin de deuil de Jacques de retour des zones de combats après la mort de son ami photographe. Ce film, ce sont des chemins et des visions de la vie et du monde, des choix de vie, qui se croisent. Qui est véritablement le personnage principal de ce film ? Le duo Anna ( Galatea Bellugi )- Jacques ( Vincent Lindon ) est magnifique, bouleversant, incroyable, sur ce scénario minutieux, chaque scène signifiante. L'enquête est documentée, précise, ne négligeant aucun aspect à travers les réactions des personnages, les rencontres. 

Apparition1

J'ai particulièrement apprécié la sobriété de ce film, sa densité sans prétention, son intensité sans démonstration forcée. Il montre. A nous de voir. Captivant, fascinant, troublant, un film brillant et lumineux.

.

Hostiles

 

- Film américain de Scott Cooper -

- Sortie le 14 mars 2018 -

En 1892, le capitaine de cavalerie Joseph Blocker, ancien héros de guerre devenu gardien de prison, est contraint d’escorter Yellow Hawk, chef de guerre Cheyenne mourant, sur ses anciennes terres tribales. Peu après avoir pris la route, ils rencontrent Rosalee Quaid. Seule rescapée du massacre de sa famille par les Comanches, la jeune femme traumatisée se joint à eux dans leur périple.
Façonnés par la souffrance, la violence et la mort, ils ont en eux d’infinies réserves de colère et de méfiance envers autrui. Sur le périlleux chemin qui va les conduire du Nouveau-Mexique jusqu’au Montana, les anciens ennemis vont devoir faire preuve de solidarité pour survivre à l’environnement et aux tribus comanches qu’ils rencontrent.

Avant d'écrire tout le mal que je pense de ce film, je me dois de vous situer le contexte : je n'ai jamais été intéressée par les westerns, aussi vous pouvez légitimement me dire que j'aurais pu m'éviter cette séance et donc vous épargner cette chronique négative. Certes. Mais voilà, Monsieur est adepte du genre et j'avais bêtement lu quelque part que ce western là était différent, qu'il renouvelait le genre. Je fus curieuse, limite motivée. Ce fut ballot. Parce que non, Hostiles, c'est complètement un western. La différence que j'ai remarquée, c'est qu'il est lent entre les scènes de tueries. Quand les personnages se regardent. Parfois se parlent. En fait, il est lent aussi pour les scènes de tueries.

Avec cette lenteur, j'aurai pu au moins profiter des grands paysages. Ben non. Parce que c'est filmé au plus près des personnages. Peu de vue panoramique. Tant pis.

Plus sérieusement, j'aurai pu être sensible à l'émotion brute de ce film si le réalisateur avait quelque peu limité les poncifs du genre. Pourtant pas spécialiste du western, donc, j'avais compris le scénario dès le premier carnage, ce qui fait qu'il m'a semblé extrêmement répétitif, et que les personnages sont devenus des caricatures. Il y a donc l'officier, taiseux -torturé -, la survivante ( la dame en péril, avec du caractère la dame, parfaite ), et puis une famille indienne au chef digne avec une petite fille ( j'ai gagné mon pari, c'est elle qui survit, avec le couple ), et les soldats. Ceux qui vont se faire massacrer un par un à chaque étape. Il y a le jeune inexpérimenté, le super pote qui barre à l'ouest ( oh le mauvais jeu de mot ), celui qui a des cas de conscience, celui que l'on doit livrer à la justice qui s'évade , etc... et les trappeurs-violeurs. Aux étapes, ça cause, il revient à la dame de faire preuve d'humanité envers la famille indienne, au soldat à l'ouest d'expliquer qu'ils sont tous des assassins et qu'on s'habitue à tuer.

Je suppose que le réalisateur a voulu nous parler de la violence de la société américaine, de la violence faite aux Amérindiens, des souffrances partagées par tous les camps en temps de guerre; on peut considérer que la démonstration est réussie. Sur ce formidable scoop, je suis sortie de cette séance déprimée et mal-à-l'aise. Les films que je choisis ne sont généralement ni rose ni facile. Mais là, cette complaisance du coup de feu systématique sur les fumeux J'obéis aux ordres et/ou Je te tue sinon tu me tues; ce systématique non-respect de la vie mis en image sur ce scénario si creux devient absurde pour moi. Aussi absurde que l'évolution de mentalité de ce capitaine ( et de son super pote qui s'en va culpabiliser ), héros du massacre indien - tout âge, tout sexe confondus - qui en vient à serrer la main de son grand ennemi le sauvage.

Pour ce que j'en connais, Hostiles est un western pur et dur, très certainement réussi pour les amateurs du genre, qui m'a confirmée que ce n'était pas mon cas.

.

Rpo

- Film américain de Steven Spielberg -

- Sortie le 28 mars 2018 -

2045. Le monde est au bord du chaos. Les êtres humains se réfugient dans l'OASIS, univers virtuel mis au point par le brillant et excentrique James Halliday. Avant de disparaître, celui-ci a décidé de léguer son immense fortune à quiconque découvrira l'œuf de Pâques numérique qu'il a pris soin de dissimuler dans l'OASIS. L'appât du gain provoque une compétition planétaire. Mais lorsqu'un jeune garçon, Wade Watts, qui n'a pourtant pas le profil d'un héros, décide de participer à la chasse au trésor, il est plongé dans un monde parallèle à la fois mystérieux et inquiétant…

Evidemment, Fiston ne voulait pas manquer ce film. Tout va bien, les deux heures défilent sous les effets spéciaux et l'humour. Ce qui m'a semblé aussi réussi que didactique ( disons qu'il est évident que le public est ciblé ), c'est que toujours l'écart entre le monde virtuel et le monde réel est bien apparent. Il y a même le petit laïus pour rappeler que seul le réel a de sens, que c'est par là que la vie doit se construire. Le scénario, c'est toujours le même, une chasse au trésor contre un affreux-méchant, tout y est tout bien respecté, filmé avec brio. Du grand divertissement, du spectaculaire catégorie Pop Culture.

Alors, pour le plaisir des yeux et le sourire, le film est top, avec, pour la quadra que je suis, de la séquence nostalgie. Il y a de nombreuses références aux années 80 ( musique, jeux, personnages, films ) dont une longue scène frissonnante durant laquelle les personnages vivent des scènes de Shinning ( du coup, Fiston veut le voir ce Shinning... oups ). 

*

Commentaires (20)

1. Saxaoul (site web) 07/04/2018

J'ai bien envie de voir L'apparition, d'autant plus que Vincent Lindon est un acteur que j'aime beaucoup. J'ai repéré aussi Le collier rouge, qui vient de sortir. Tu l'as vu ?

2. Margotte (site web) 07/04/2018

Je suis bien tentée par "L'Apparition". Je reste, je passe... même si la référence aux années 80 m'a fait lever la tête ;-)

3. dasola (site web) 07/04/2018

Bonjour Maryline, j'ai déjà écrit tout le bien que je pensais de L'apparition. Quant aux deux autres, pas encore vu. Le Spielberg me tente moyennement. Bonne journée.

4. Anne (site web) 07/04/2018

Mouahaha ton avis sur Hostiles ;-) Le pire c'est que je l'ai repéré. Et Monsieur, il a aimé au moins ? L'Apparition, j'avoue que ça ne me tente guère, même avec Vincent Lindon : j'ai l'impression que la réalité est bien plus intéressante que la fiction dans ce cas. Mais bon, on ne sait jamais, je me laisserai peut-être tenter...

5. Aifelle (site web) 07/04/2018

J'aurais voulu voir "Hostiles", mais il est passé très peu chez moi ; tu me donnes moins de regrets. Je crois que "l'apparition" passe encore.

6. Mina 07/04/2018

C'est pratique, tu as vu tous les films sur lesquels j'avais une hésitation. L'apparition en particulier me faisait hésiter, et tu es convaincante, sans que je n'en fasse une priorité. Tu l'es encore davantage dans mon rejet d'Hostiles : le sujet me paraissait intéressant, mais je crains que le traitement et le western ne soient pas pour moi. Monsieur est intéressé par le dernier Spielberg ; je crois que je vais le pousser vers les autres films repérés, comme Une part d'ombre plutôt.

De mon côté, c'est ce début avril qui est très intéressant cinématographiquement : Vers la lumière, grâce à toi ; Call me by your name, grâce à Anne (très lumineux également, une belle histoire d'un amour d'été, d'initiation érotique) ; Red sparrow (un point de vue très américain qui casse une bonne partie du suspense, mais divertissant) ; God's own country (des paysages grandioses, un film lent comme je les aime et comme tu devrais sans doute l'apprécier aussi ; assez âpre aussi) ; et demain, Hannah est au programme.

7. Alys (site web) 08/04/2018

Je crois que chaque sortie western est présentée comme celle qui "renouvelle le genre". Au final, je les préfère largement quand ils s'assument en tant que western... La bande-annonce d'Hostiles ne m'a pas convaincue, entre autres parce que j'ai l'impression que Christian Bale joue toujours le même personnage... Donc tu me confortes dans mon idée de ne pas le voir.
Il y a de fortes chances pour que je vois Ready Player One par contre, je doute que mon homme me laisse y échapper :p

8. maggie (site web) 08/04/2018

Le ready player one ne me tente pas trop, peut-être à la TV quand il passera...

9. Marilyne 09/04/2018

@ Saxaoul : j'hésite pour " Le collier rouge ", je n'ai pas lu le roman.

@ Margotte : évidemment pour les références années 80 ;).

@ Bonjour Dasola : je me demande ce que tu penseras de " Hostiles ". Tu es une spectatrice plus avertie que moi.

@Anne : Monsieur a bien accroché à Hostiles mais il reconnait que ce film ne lui laissera pas de grands souvenirs par rapport à d'autres westerns vus ces dernières années.
( pour l'Apparition, c'est ça aussi qui est prenant, c'est filmé comme un reportage )

@ Aifelle : franchement, " L'Apparition ", quoi qu'on en pense ensuite, est à voir.

10. Marilyne 09/04/2018

@ Mina : j'ai vu la BO et quelques retours pour Call be by your name, je ne doute pas de sa beauté et de sa délicatesse mais le thème ( l'initiation ) m'intéresse peu. Je vais zapper Red Sparrow ;) En revanche, je m'en vais voir de plus près de quoi il s'agit pour Une part d'ombre et God's own country ( La prière, peut être, pour le titre français ). J'attends que tu m'en dises plus aussi ^-^

11. Marilyne 09/04/2018

@ Alys : après ma mésaventure, je crois que tu as raison pour les westerns !
ça va bien se passer pour Ready Player One ;)

@ Maggie : je me demande comment ce film rendra sur petit écran. Tout est dans le spectacle.

12. Marilyne 09/04/2018

@ Mina : il s'agit de " Seule la terre ", un film que je regrette absolument d'avoir manqué !

13. yuko (site web) 09/04/2018

Aucun risque d'être déçu par Shining au moins ;) Un bilan aventureux, mais c'est aussi ce qui fait son charme. J'avoue que je ne suis pas très tentée par Hostiles (mais à part Il était une fois dans l'ouest, je ne suis pas très western) et pour le Spielberg, je n'entends que de mauvais échos... donc je passe :)

14. Mina 09/04/2018

J'allais te répondre qu'il s'agissait de Seule la terre, tu m'as devancée. J'avais donc vu juste, dommage que tu l'aies manqué. :/ Je n'échapperai pas au dernier Spielberg... Pour Une part d'ombre, vu les horaires restreints cette semaine à venir, je crains le manquer.

15. Marilyne 09/04/2018

@ Yuko : c'est certain pour Shinning... Fiston est collégien, je crois que la séance peut attendre encore un peu. Ah oui, pour le Spielberg, pour le peu que j'ai croisé, c'était plutôt (trop) positif.

16. Marilyne 09/04/2018

@ Mina : Très dommage. Il est sorti en France en décembre dernier ( je crois que le DVD est même déjà dispo.
J'attends donc ton retour pour Ready Player One ;)

17. Valérie (site web) 09/04/2018

Hum, tu m'intrigues avec L'apparition. J'ai beaucoup de mal avec Lindon, c'est ce qui me freine.

18. Marilyne 10/04/2018

@ Valérie : alors il vaut peut-être mieux que tu évites, il est omniprésent.

19. Lilly (site web) 11/04/2018

Je suis d'accord concernant Ready Player One. C'est une réussite malgré le côté très grand public. Les derniers films du genre, Valérian en tête, étaient surtout de sombres bouses.
Sinon, j'aime bien Lindon pour ma part, mais le sujet ne m'attire absolument pas

20. Marilyne 12/04/2018

@ Lilly : ah, tu confirmes, tout va bien, nous avons zappé Valérian ! ( en revanche, en février, fiston a voulu voir Labyrinthe, film sans surprise, ni bonne ni mauvaise, il a passé un bon moment )

Ajouter un commentaire