Dorothea Lange

Dlaffiche

Au Jeu de Paume, à Paris, s'est ouverte le 16 octobre ( jusqu'au 27 janvier 2019 ), une exposition - intitulée Politique du visible - consacrée aux photographies de Dorothea Lange.

La photographe américaine Dorothea Lange ( 1895-1965 ) est célèbre pour sa série de photographies témoignant de la Grande Dépression et de ses conséquences socio-économiques aux Etats-Unis. La photographie choisie pour l'affiche de l'exposition - Migrant Mother 1936 - en est l'icône. 

Le parcours de l'exposition est chronologique. En plus des photographies encadrées, d'autres clichés sont présentés en vidéo et en planches contact.

Cette exposition porte bien son titre. Dorothea Lange a débuté comme photographe portraitiste à San Francisco. Ce talent du portrait est évident sur toutes ses séries; talent qui sera associé à son sens de la scène, du contexte plutôt. Ses photographie donnent sens. Son travail devient engagé lorsque sa pratique photographique se tourne vers la rue, en 1932, mettant en évidence la récession américaine et l'agitation sociale, déconstruisant le mythe du rêve américain.

La photographe est contactée par Paul Taylor, professeur d'économie à l'université de Californie à Berkeley ( il sera son second mari par la suite ). Il souhaite utiliser ses photographies pour illustrer ses articles. Travaillant ensemble une trentaine d'années, leur collaboration deviendra un travail d'archives sociales américaines, d'autant que Dorothea Lange prenait de nombreuses notes sur un carnet, de ce qu'elle voyait, de ce qu'on lui racontait, légendant ainsi ses photographies. Au fil des années, les séries photographiques donneront un visage aux exclus.

Dorothea Lange a réalisé des reportages photographiques pour des institutions fédérales américaines. Durant la Grande Dépression, ses photographies sont commandées par la Farm Security Administration ( 1935-1941 ). La photographe se rend dans les camps d'accueil des travailleurs agricoles migrants, fuyant la misère de leur région d'origine, cherchant du travail plus loin, notamment vers la Californie. Dorothea Lange fixera en images également les visages du chomage urbain, suivant les grèves, les manifestations. 

.

Dorothealange whiteangelbreadline

- White Angel Breadline - 1933 -

.

Dorothealange carsontheroad

- Cars on the road - 1936 -

.

Dorothealange migrant mother 2

- Migrant Mother - 1936 - 

( La photographie iconique provient d'une série de cinq photographies, prises sous le même angle, de plus en plus rapproché )

.

Dorothealange towardlosangeles

- Toward Los Angeles - 1937 -

.

Dorothealange ancienneesclave

- Ancienne esclave à la mémoire longue - 1938 - Alabama -

.

Dorothealange migratorycottonpicker

- Migratory Cotton Picker - 1940 -

.

Dorothea Lange est mandatée en 1942 par la War Relocation Authority pour suivre le déroulement du " déplacement " des Nippo-Américains. Suite à l'attaque de Pearl Harbour en décembre 1941, le gouvernement ordonne l'internement de plus de 100 000 Américains ayant des origines japonaises résidant dans les zones militaires de la côte pacifique. Trois générations sont concernées. Ces familles doivent tout quitter pour être " transférés " et répartis dans dix camps dans des zones isolées au climat peu accueillant ( en Californie, Arizona, Idaho, Colorado... ). Une vidéo raconte cette mission, nous livre des témoignages, notamment d'assistants de Dorothea Lange, en plus des photographies. L'humanité dont font preuve les clichés rendant compte de cette évacuation, des conditions d'installation, gêne les autorités. Les photographies furent classées " archives militaires ", elles ne seront publiés qu'en 2006.

.

Dljapanese

- Japanese-American family with tag ( étiquette d'identification en lettres et chiffres ) - 

.

Dorothealange manzanarrelocationcenter

- Manzanar Relocation Center - California -

.

Dljapanese2

- Ecole organisé par des résidents, professeurs diplomés.

.

Une photographie documentaire n'est pas en soi une photographie factuelle. C'est une photographie qui communique entièrement le sens et la portée de l'épisode ou de la circonstance ou de la situation, qui ne peuvent être révélés uniquement, parce qu'il n'est pas vraiment possible de les montrer, que par cette autre qualité. En fait, on ne peut pas vraiment parler de guerre entre l'artiste et le photographe documentaire. Un photographe doit être les deux. " - Dorothea Lange - 1934 -

2018 dorothealange 02

*

Commentaires (15)

1. Tania (site web) 26/11/2018

Une grande dame de la photographie. En regardant ses photos, je me dis que le même travail de visibilité et de mémoire s'impose aux photographes actuels.

2. Kathel (site web) 26/11/2018

Cette expo est inscrite à mon programme pour le week-end prochain ! (bien évidemment)

3. niki van espen (site web) 26/11/2018

j'ai raté l'expo à londres, elle venait de se terminer quand je suis - c'était vraiment iintéressant si je m'en réfère à ton billet

4. maggie (site web) 26/11/2018

hiiiiiii. De toutes les expo, c'est celle qui me tentait le plus... Hélas pas le temps d'aller sur PAris pour la voir... Heureusement que tu es là pour nous en montrer tout l'art ! Et j'adore sa vision de la photo dans la dernière citation...

5. Aifelle (site web) 27/11/2018

J'espère y aller d'ici le mois de janvier :-)

6. Marilyne 27/11/2018

@ Tania : je te rejoins, surtout dans la société de l'image dans laquelle nous vivons maintenant.

@ Kathel : évidemment :-)

@ Niki : oh, dommage ! Oui, très intéressant, de belles photographies et toute la portée sociale. Les portraits sont magnifiques.

7. Marilyne 27/11/2018

@ Maggie : ah, je suis ravie que tu puisses en profiter par ce billet ! Dommage, je n'ai pu publier que peu de photographies sur l'internement des familles d'origine japonaise, il y en avait beaucoup, vraiment à découvrir. ( mon problème avec les expos, c'est qu'elles me tentent presque toutes ;)) ( comme il faut faire un choix, j'avoue, j'ai sacrifié Miro )

@ Aifelle : je te le souhaite. Celle-ci dure jusqu'à la fin du mois de janvier, ce qui laisse un délai ( souvent, les expos se terminent plutôt début janvier ! )

8. Cristie (site web) 28/11/2018

C'est tout à fait le genre d'expo qu'il me plairait d'aller voir.

9. Marilyne 28/11/2018

@ Cristie : je te comprends, il y a l'historique comme l'esthétique.

10. Autist Reading (site web) 28/11/2018

The camera is an instrument that teaches people how to see without a camera.

- Dorothea Lange
Une référence. Elle a un regard si aigu sur la condition humaine...
Évidemment, l'envie d'aller voir l’expo est bien là mais j'appréhende beaucoup la foule qui va s'y presser. Petite question : est-ce que voir les clichés "en vrai" apporte beaucoup plus que de les consulter sur le catalogue de l'expo ? Car je pensais me consoler avec le catalogue...

11. Marilyne 28/11/2018

@ Autist Reading : merci pour la citation. Et la question piège ;-)
Alors, c'est certain, il y avait foule. Pour ma part, c'est une émotion de voir en vrai, ça devient " vrai ", ça me permet de mieux appréhender la réalité montrée. Mais je crois, qu'en effet, tu peux tranquillement te consoler avec le catalogue ( à vérifier si il y a la série sur le " déplacement " des Américains d'origine japonaises, d'autres clichés étaient présentés par vidéos avec des explications de la mission et des situations )

12. Dominique (site web) 29/11/2018

je m'étais intéressée à elle après ma lecture de Louons les grands hommes ce livre si fort et les photos de Lange sont en parfaite adéquation avec lui

13. Marilyne 29/11/2018

@ Dominique : Le livre que tu cites est celui avec les photos de Walker Evans, je crois, comme Une saison de coton ( celui-là m'attend )

14. Lili (site web) 29/11/2018

Je suis très ignorante en photographie, en fait. Mais je crois qu'elle m'aurait vraiment tenté, cette exposition. J'aime le caractère qui se dégage des photos de Dorothea Lange.

15. Marilyne 30/11/2018

@ Lili : La photographie est toujours témoignage, c'est un regard, pas seulement d'artiste. Je m'y intéresse beaucoup, et je suis certaine que cette exposition t'aurait intéressée aussi.

Ajouter un commentaire