Europe Livre Paris

L'Europe a été la thématique du Salon du Livre de Paris 2019 ( qui, traditionnellement, invite un pays, ce qui stimule les éditeurs pour la publication de traductions ).

Je ne prévoyais pas de retourner à ce Salon auquel je ne participe plus depuis plusieurs années. Il a fallu un jeu de circonstances pour m'y décider : présence à Paris durant ces jours là, le fait que je reçois encore des invitations, cette thématique, et des entretiens avec certains auteurs autour de cette thématique. C'est ainsi que j'ai passé quelques heures au Salon pour ces entretiens, profitant du temps entre chacun pour découvrir quelques stands, ceux de l'Europe donc.

Si ce Salon est toujours aussi insupportable parce que toujours aussi usine-people, toujours aussi " grande librairie ", la thématique a été développée de façon toujours aussi intéressante avec un large choix de parutions et des entretiens sur la Scène Europe. Passés les longs stands qui rameutaient les foules, c'est-à-dire ceux des grandes maisons d'éditions dont les romans sont proposés dans toutes les librairies, il était possible de trouver de l'air et de la disponibilité auprès des personnes derrière les petits stands consacrés aux pays d'Europe. 

Les pays de l'Est étaient bien représentés. Sur chacun de ces stands, des ouvrages d'une véritable variété éditoriale. Et pas seulement de la fiction. Il y avait des essais, des études, des livres d'histoire, d'art, de la poésie, des albums jeunesse et des livres en VO. Je me suis attardée en Pologne, en Hongrie, en Slovénie, en Slovaquie ( Bratislava était officiellement la ville invitée... ). Chacun de ses stands présentait un programme d'animations, lecture ( bilingue parfois, musicale parfois ), ateliers, rencontres.

C'est la librairie Gibert qui officiait pour le stand thématique devant la Scène Europe. Sur les tables, classée par pays, une sélection de lectures, du roman classique et du roman contemporain, petites et grandes éditions, poésie et théâtre également. C'est un beau tour d'Europe qu'avaient préparé les libraires, des pays baltes aux Balkans. 

Sur l'espace appelé la Scène Europe, à chaque heure, une conférence. L'endroit était bien petit, au fond du Salon, mais il fut agréable, peut-être justement parce que le lieu était modeste, de s'installer là et d'écouter, de pouvoir poser des questions. Samedi après-midi, il y a eu Victor del Arbol, Gregor Sander, Javier Cercas, Erri de Luca.

Parmi les entretiens, j'ai suivi avec grand intérêt et grand plaisir, en prenant suffisamment de notes, celui avec Javier Cercas ( Dans la mémoire de l'Europe ) et celui avec Erri de Luca ( L'Europe au coeur ). Ce seront mes prochains billets. 

.

Sdl 2019

*

Commentaires (25)

1. Anne (site web) 18/03/2019

Je l'avoue, j'ai eu une petite envie de Salon ce weekend... J'attends tes billets avec intérêt (que de beles personnes...)

2. Marilyne 18/03/2019

@ Anne : voyons, c'était la même thématique à la Foire du Livre de Bruxelles ( qui manque à ma culture :D ). Allez, une de ses prochaines années, nous nous organiserons un pique-nique au bord de la mer si tu veux ;)

3. Mina 18/03/2019

Je suis très réticente face au côté "grande librairie" et foule, mais ce que tu dis des thématiques me fait assez envie ; un jour, peut-être, qui sait... Les espaces thématiques sont assez restreints à la Foire du Livre, et je n'ai pas un souvenir particulier de l'Europe mise en valeur lors de son "année". En termes de rencontres internationales, j'ai le sentiment de pouvoir en faire davantage au festival Passa porta (ou à Livre Paris, d'après les noms que tu cites) qu'à la FLB. La lassitude me rend certainement peu objective :)

4. Aifelle (site web) 19/03/2019

J'aurais aimé y aller, justement pour cet aspect-là du salon et pour voir les petits éditeurs, mais plusieurs problèmes m'en ont empêchée.

5. keisha 19/03/2019

Je ne suis pas assez organisée pour bien profiter des ces discussions et rencontres; et puis je vais régulièrement à Paris pour d'autres sorties; Alors, la foule...

6. Gwenaelle 19/03/2019

Je n'ai jamais participé à ce salon, et n'en ai pas spécialement l'envie, mais c'est toujours sympa de lire les comptes-rendus! ;-)

7. Kathel (site web) 19/03/2019

Cela fait longtemps que je n'y suis pas allée, mais le thème de l'Europe aurait pu m'intéresser... Je lirai tes billets avec intérêt !

8. Autist Reading (site web) 19/03/2019

J’ai justement lu ce matin ici https://www.actualitte.com/article/culture-arts-lettres/livre-paris-2019-du-village-europeen-oublie-au-reedxit-prochain/93824 que l'Espace Europe était prévu de façon beaucoup plus ambitieuse.
Les stands des pays de l'Est m'auraient plu pour leur livres illustrés. J'imagine que les styles ont évolué mais j'aime beaucoup les illustrations des années 40/70.

9. Dominique (site web) 19/03/2019

depuis plusieurs années je ne vais plus au salon de Paris, la disparition progressive de beaucoup de petits éditeurs y est pour beaucoup
Je le regrette car comme toi j'aime fureter dans les stands délaissés par la foule, je me souviens de rencontres magiques avec des éditeurs ou des auteurs alors inconnus et qui depuis sont devenus des noms connus
j'attends tes billets

10. Marilyne 19/03/2019

@ Mina : le seul réel intérêt de Livre Paris est celui de la thématique, du pays invité, c'est-à-dire des conférences organisées. Il peut être intéressant pour la variété de l'offre éditoriale qui tend à disparaître ( certaines maisons reconnues ne sont pas toujours présentes... ). J'ai de grands souvenirs au Salon du Livre de Paris, l'année du Japon avec la présence de Kenzaburo Ôé ( ce n'est pas tous les jours qu'on assiste à des entretiens avec un Prix Nobel ), l'année où ce fut la Roumanie fut invitée, de véritables découvertes, les conférences étaient passionnantes. La " grande librairie " prend de plus en plus le pas ( y compris dans cette expression le nom de l'émission télévisée... ). Une certaine lassitude aussi, j'ai bien ressenti que, mis à part les stand Europe, ma curiosité n'était pas sollicitée.

11. Marilyne 19/03/2019

@ Aifelle : ah, dommage. Au moins, tu as évité le bain de foule et je crains que les petits éditeurs ne soient plus légions. Au moins, à ces stands-là, c'était agréable. Je suis passée tout de même voir les éditions Bleu Autour.

@ Keisha : je comprends bien. Le salon n'est pas non plus prioritaire lors de mes escapades parisiennes de mars. Mais là, le thème et Erri de Luca... Je me suis satisfaite de mes quelques heures sur place, c'était plus que suffisant !

@ Kathel : merci pour ton intérêt. Le prochain billet arrive, avec Javier Cercas.

12. Marilyne 19/03/2019

@ Autist Reading : Grand merci pour le lien, je n'avais pas lu cet article. J'étais très étonnée que la thématique de l'Europe soit si peu mise en valeur alors que le choix avait été annoncé comme un choix fort et marquant.( je cite l'article " fut-ce pour rencontrer Erri de Luca, on ferait le déplacement à genoux " C'est tout-à-fait ça ;)) Quel gâchis. Il est clair que cette manifestation n'est plus qu'un foire marchande. Et la présence d'Amazon ne fait que le confirmer.
Tu as bon goût pour les illustrations :) J'aime beaucoup aussi. Les éditions MeMo rééditent des classiques d'illustrateurs de pays de l'Est. Je suis passée au stand Bratislava, c'était triste, complètement isolé, un espace assez grand, c'est vrai, mais vers le fond ( comme Europe, mais décalé ) ( parce que devant, en entrant, il y a les grands éditeurs, des fois que le visiteur les manque ), il n'y avait pas grand monde.

13. Marilyne 19/03/2019

@ Dominique : Les petits éditeurs se retrouvent sur les stands région. Mais maintenant, je préfère aller, si je peux, au salon de l'édition indépendante qui a lieu en novembre à l'espace des Blancs Manteaux, dans le Marais. Comme toi, j'adore ces rencontres et découvertes imprévues, parfois improbables. Je suis souvent partie avec des livres conseillés par un lecteur croisé sur ces stands, par un auteur en recommandant un autre.

14. Ann (site web) 19/03/2019

J'avais prévu d'y aller mais finalement non, trop d'engagements et trop de fatigue. Et parmi les invités des grands entretiens il n'y avait peu ou pas de femmes. J'ai trouvé cela dommage pour un événement qui se veut le lieu de l'ouverture et du débat.

15. Marilyne 19/03/2019

@ Ann : c'est certain qu'il faut être motivée pour arpenter le salon ! Je n'ai regardé que les entretiens sur la scène Europe. Là, j'ai assisté à une rencontre autour des femmes en Ukraine, c'était intéressant.

16. dasola (site web) 19/03/2019

Bonsoir Marilyne. J'ai été au Salon du livre parce que j'ai pu avoir une invitation. C'est un comble de payer 12 euros pour entrer dans une grande librairie. Bref, j'y suis 1h30: vu le monde, c'est suffisant et j'ai eu une gentille dédicace de Javier Cercas, un homme charmant. Bonne soirée.

17. Marilyne 20/03/2019

@ Dasola : Bonjour Dasola, je te rejoins totalement sur le comble ! Et je suis bien d'accord, rencontrer Javier Cercas valait le déplacement. Bonne journée à toi.

18. niki (site web) 21/03/2019

il m'est de plus en plus difficile d'aller dans des salons/foires du livre en raison de la foule - et puis, comme dit dans d'autres commentaires = ce sont finalement des librairies à grande échelle - l'intérêt est de pouvoir rencontrer/entendre des romanciers parler de leur livre -

19. Marilyne 21/03/2019

@ Niki : oui, c'est ce qui m'arrête maintenant aussi, la grande librairie. J'aime mieux celles que je fréquente. Ce qui m'attire, ce sont ces conférences, mais à choisir je préférerai aussi les rencontres en librairies. C'est pour ça que j'aime bien Festival America, Quais du Polar, le festival de Saint-Malo, ce sont les rencontres l'essentiel, l'espace livres est complémentaire.

20. maggie (site web) 21/03/2019

Moi, je ne trouve pas ce salon insupportable ! J'adore me promener parmi tous ces livres et devenir un peu folle de ne pas pouvoir tous els acheter ! J'ai vu pas mal de billet sur l'Europe de l'est et j'espère que je vais pouvoir m'y plonger bientôt ( avant, tu sais que je veux lire des coréens :-))

21. Marilyne 23/03/2019

@ Maggie : oups, désolée, ton commentaire était passé dans les spams, je le retrouve aujourd'hui.
Ce que je trouve insupportable, c'est l'effet people et l'effet grande librairie. Je ne vois pas l'intérêt d'aller jusque là pour acheter le magazine America. Evidemment, j'aime aussi papillonner parmi les livres, je peux le faire en librairie. Ce que je demande à un événement national ultra médiatisé, c'est d'apporter quelques chose de plus, donc des découvertes et des rencontres.
Oui, pour les billets Europe de l'Est, en mars, il y a un mois thématique organisé, il y a pas mal de participations.
Bonnes lectures coréennes :-D

22. Alys (site web) 24/03/2019

C'est très intéressant ce que tu en dis. Je dois dire que je suis à peine passée devant les stands que tu cites, j'ai surtout papoté avec les amies et bavé sur les belles couvertures des éditeurs de l'imaginaire (et acheté des choses chez Au bord des continents, comme tu l'as deviné). Je devrais me noter de plus oser aller à la rencontre des libraires et auteurs, la prochaine fois. :)

23. Marilyne 24/03/2019

@ Alys: ah, le stand Au bord des continents, rien que pour le plaisir des yeux :) . Je vais m'y perdre lors du Salon du Livre jeunesse de Montreuil. Il y a quelques années, Livre Paris était aussi pour moi le rendez-vous avec des amies, de très bons souvenirs ( un rendez-vous qui ajoutait aux multiples tentations par nos échanges ^-^ ). L'essentiel c'est de s'y retrouver.

24. MTG 24/03/2019

On parle beaucoup de l' Europe dans l'actualité et c'est pas réjouissant. J'espère que tous ces auteurs ont une vision intéressante et qui sait peut-être positive, la littérature n'étant pas tout à fait la vraie vie. Je n'ai jamais fait aucun salon du livre, ça ne m'attrre pas trop, c'est comme le salon de l'agriculture, ce n'est que du commerce et du marketing. Mais comme il ne faut pas mourir idit, je vais peut-être essayer juste une fois le salon du livre du Genève, juste une demi-journée , pour voir, ça arrive vers le premier mai je crois...

25. Marilyne 25/03/2019

@ MTG : il était intéressant d'écouter ces auteurs sur ce sujet, sur leur vision de l'Europe, d'autant que Erri de Luca est un homme engagé.
Il me semble que le Salon du Livre de Genève est un gros salon, j'ai hâte de connaître ton retour... Bonne chance :-D

Ajouter un commentaire