2000 ans de théâtre en Asie

 

Affiche du no a matahari

.

Du Nô à Mata-Hari est le titre d'une exposition temporaire présentée au Musée Guimet ( le musée parisien des arts asiatiques - exposition jusqu'au 31 août ). Fabuleuse exposition, grand voyage artistique. 

Nul besoin de maîtriser les cultures asiatiques, le parcours est géographique et explicite quant aux particularités, rites et codes de chacune des traditions théâtrales, un parcours en initiation, un parcours en beauté. 

A l'entrée, une carte de l'immensité et de la diversité asiatiques, un panneau rappelant que ce théâtre classique mêle danses, chants, mimes lors des représentations, qu'il s'inspire des récits fondateurs, sagas épiques et mythologies ( rappelés sur les encadrés de présentation ); des dieux, des démons, des héros.

Carte3

.

Cette exposition s'intéresse aux costumes, à ces somptueuses parures des comédiens, oeuvres d'art à part entière, à leurs symboliques et origines religieuses. Ce théâtre asiatique, ce sont ces robes, ces tuniques, ces coiffes, ses parures, majestueuses, et ses masques impressionnants, ses maquillages. Art visuel dans toute sa magnificence.

.

Expo du no mata hari musee guimet

- Robe de cour de général à motifs de dragons (mang) et coiffe de cérémonie à plumes de faisan vénéré, Chine, début du XIXe siècle, Soie et fils métalliques

– Costume de kabuki de type uchikake, Japon, époque d’Edo (1603-1868), Satin de soie brodé, fils métalliques

.

De salles en salles, dans ce musée que l'on visite à plaisir, aéré et paisible, ce sont, sous une lumière tamisée, accompagné de musiques et mélodies douces de scène, merveilles indiennes, coréennes, thaïlandaises, cambodgiennes, chinoises, japonaises. Foisonnement de couleurs, de matières, de techniques. On s'étonne de reconnaître l'esthétique de chacune de ses cultures.

.

Expo du no mata hari musee guimet

- Hanuman, Théâtre Khon, Thaïlande, 1985, Papier mâché, miroirs, verre et métal

– Personnage féminin, Théâtre de Dixi, Chine, Guizhou, milieu XXe siècle, Bois, miroirs

.

Un espace est réservé à l'art du théâtre de marionnettes et celui d'ombre, pièces fines et précieuses en vitrines.

Pour clore le voyage, une collection de kimonos en soie splendides créés par Itchiku Kubota, artiste peintre contemporain, brodés de paysages dont une série de vues du Mont Fuji. 

Fascinante exposition, pas d'autre mot, mis à part ceux de l'excellent article du blog Le Mot & La Chose d'où proviennent les visuels de ce billet.

.

- L'exposition sur le site du musée Guimet ICI - Le site dédié ICI -

*

Commentaires (4)

1. Dominique (site web) 09/07/2015

autant j'aime la littérature de ces pays asiatiques autant le théâtre me semble incompréhensible pour nos cervelles européennes

2. Marilyne 09/07/2015

@ Dominique : même attitude que toi, j'apprécie la littérature, je craignais d'être perdue à cette exposition, et ce ne fut pas le cas. Evidemment, pas de représentations ( ce que j'ai regretté pour le théâtre de marionnettes ) mais des explications parfaites sans longueur sur les mythes et origines et la beauté des parures.

3. chinouk (site web) 19/07/2015

une expo que j'aurai bien aimer voir, j'aime beaucoup l'art et la litt asiatique ( même si cela fait longtemps que je n'en ai pas lu) ainsi que l'art.

4. Tania (site web) 05/08/2015

Il y a de belles pages de Yourcenar sur ce théâtre qui nous semble si inaccessible.

Ajouter un commentaire