Guernica

Affiche guernica

- Exposition au Musée Picasso Paris ( dans le Marais, ce qui ne gâche rien ) jusqu'au 29 juillet -

Plantons le décor tout de suite, la toile gigantesque est restée en Espagne, où elle est exposée depuis 1981, à Madrid au Museo Nacional de Arte Reina Sofia. L'oeuvre ne voyage plus. C'est à dire que oui, c'est une exposition sans l'oeuvre originale, ce qui n'empêche pas cette exposition d'être très intéressante. C'est une approche contextualisée de l'oeuvre qui est proposée plus qu'une approche artistique. Une histoire, la création de Guernica, dans l'Histoire et sa postérité.

.

Guernica

Evidemment, l'exposition s'ouvre sur une reproduction du tableau, sur l'iconographie de Guernica, le taureau, le cheval, le soldat mort, les femmes. Nous approchons les sources d'inspiration. Les premières salles sont consacrées à d'autres tableaux, notamment ceux avec le Minotaure. Puis nous revenons sur l'image de la femme, expression de la douleur, tant humaine que civile, la mère éplorée, la pieta. 

Minotaure arlequin

La dépouille du Minotaure en costume d'Arlequin - 1936 -

.

Avant de nous aventurer dans le processus créatif, une salle nous rappelle la Guerre d'Espagne, avec des affiches, des photographies, et le massacre de Guernica le 26 avril 1937, avec des journaux d'époque; ces journaux par lesquels Picasso a su, a vu. Ce qui a transformé son projet. A l'origine, la grande toile n'avait pas de sujet fixé. Elle avait été commandée fin 1936 par la République espagnole pour le pavillon national de l'Exposition internationale des Arts et des Techniques de Paris qui se tiendrait en 1937. Nous voyons les esquisses, l'évolution de la thématique, l'engagement. Dès le 1er mai, Picasso réalise de nouvelles esquisses, représentant cette fois le bombardement. Il réalisera la toile extrêmement rapidement, malgré ses dimensions ( 349,3 X 776,6 cm ), à peine un mois.

Nous pouvons voir les dessins préparatoires, les scènes indépendantes qui prennent forme, qui évoluent, puis les études de composition. La série de dessins en couleurs et de peintures de " mère à l'enfant " et de " femmes qui pleurent " sont impressionnants, ils frappent. Puis nous voyons la toile se peindre, la composition se réaliser, littéralement, à travers le travail photographique de Dora Maar. Compagne de l'artiste à cette période, photographe professionnelle, elle reçoit une commande pour un numéro hors-série de la revue Cahier de l'Art : documenter les étapes de création de Guernica en les photographiant. Picasso accepte. Les photographies étant développées au fur et à mesure, l'artiste les voit. On dit qu'il aurait renoncé à la couleurs par ces photographies noir et blanc, choisissant une esthétique plus graphique, plus radicale, directement inspirée des photographies journalistiques d'époque, dans l'esprit de diffusion médiatique, comme en accord avec celles qui paraissaient dans la presse pour raconter-alerter sur la Guerre d'Espagne.

.

Photoguernica

- Photographie Dora Maar - 1937 -

.

Le parcours de l'exposition est chronologique. Il nous emmène donc ensuite à l'Exposition Universelle, présentant une maquette du Pavillon espagnol et des photographies d'époque. J'y ai découvert une toile de Joan Miro ( qui est portée disparue ) et qu'un mobile de Calder était installé dans la fontaine centrale, ainsi que Guernica y était accompagnée d'un poème de Paul Eluard reproduit à l'étage du Pavillon. Ce poème est également reproduit sur un mur de cette salle de l'exposition.

Guernica a lexposition universelle de paris en 1937

.

Les pérégrinations de l'immense toile avec l'Exposition Universelle, c'est aussi toute une histoire. Et une chance. Elle a été exposée en Europe ( Londres, Milan, Oslo... ), étendard de la République espagnole. En 1939, elle arrive à New-York pour un itinéraire d'expositions américaines. Elle y restera toute la durée de la Seconde Guerre Mondiale. Elle sera ensuite conservée au MoMa, avec les esquisses. Guernica ne sera restituée à l'Espagne qu'en 1981, après la mort de Franco, selon la volonté de Picasso. La toile ne devait revenir en Espagne qu'une fois " la République restaurée " ( propos de Picasso dans le journal Le Monde 1969 ).

Guernica est un chef d'oeuvre de l'art moderne, un symbole historique et une icône. C'est ce qui fait sa force si profonde d'évocation, elle est la peinture de l'horreur des guerres, des dictatures, de la barbarie. On voit, par les esquisses, comment, peu à peu, Picasso enlève toutes marques d'identifications - temporelles, politiques... - Au contraire, le soldat tué, est celui du mythe, ses attributs semblent ceux de l'Antiquité, le casque, la lance. Cette peinture est terrible car elle nous raconte une histoire universelle. Encore maintenant. C'est ce que nous montrent les dernières salles de l'exposition ouvertes aux artistes contemporains engagés dont les oeuvres sont inspirées de Guernica.

- Le site du Musée Picasso ICI -

*

Commentaires (11)

1. Saxaoul (site web) 08/05/2018

J’ai eu la chance de voir Guernica au Prado il y a plus de vingt ans. J’en garde un souvenir marquant. Je retournerai voir la toile avec ma fille dans les années à venir. Madrid n’est qu’à 5h de la maison, plus près que Paris !

2. Marilyne 08/05/2018

@ Saxaoul : quelle chance, je comprends que tu veuilles y retourner avec ta fille ! Je ne connais pas l'Espagne, encore un projet, le musée Guggenheim, Barcelone, Madrid, Seville... Après ( re-re ) l'Italie ? ;-)

3. yuko (site web) 09/05/2018

Quelle force se dégage de ce tableau ! Je comprends que tu aies aimé ^^

4. maggie (site web) 10/05/2018

Pas encore vu ce musée ( mais j'avais vu le musée Picasso en Espagne) et je regrette de ne pas avoir vu cette icône !!!!

5. Alys (site web) 10/05/2018

Super intéressant de lire ça. (Alors même que je déteste cette toile.) C'est vrai qu'on connait tous cette œuvre mais sans plus d'infos que ça.

6. Tania (site web) 11/05/2018

Merci de nous présenter cette expo sur ce tableau mythique, à propos duquel je ne sais plus quel critique a récemment prétendu que l'oeuvre ne représentait pas ce qu'on pensait habituellement y voir...
A bientôt en juin à Bruxelles ?

7. dasola (site web) 12/05/2018

Bonsoir Marilyne, pour l'anecdote, c'est grâce à cette toile de Picasso que j'ai augmenté ma note au bac de rattrapage en Histoire en 1980. Merci Picasso.

8. MTG 14/05/2018

Ce n'est pas le style de peinture qui peut me toucher, je passe à côté mais cette oeuvre est mythique ! Cela arrive aujourd'hui de ne plus avoir les oeuvres originales lors des expositions, c'est compliqué de les sortir de leur cadre, sans jeux de mots !

9. Annir (site web) 14/05/2018

Ce parcours doit être en effet passionnant. il semble en effet qu'un critique fasse une tout autre analyse du sujet... Mais est-ce vraiment cela le plus important ?

10. Marilyne 15/05/2018

@ Yuko : le parcours permet de se plonger dans la création du tableau, c'était très intéressant.

@ Maggie : décidément, il va vraiment falloir que j'envisage une escapade espagnole :-)

@ Alys : ce que tu dis rejoint les propos d'un artiste contemporain exposé à cette expo : " tout le monde la voit, personne ne la regarde "

@ Tania : je n'ai pas suivi cette nouvelle critiqué de l'oeuvre. Ce qui m'a motivée pour cette expo, c'est l'histoire de la toile, jusqu'à nos jours. J'imagine bien que les interprétations peuvent être multiples.
Oui, pour Bruxelles, premier week end de juin !

11. Marilyne 15/05/2018

@ Bonjour Dasola, excellente anecdote, qui illustre parfaitement que la relation à une oeuvre d'art est toujours très personnelle .

@ MTG : Oui, j'imagine vu sa dimension et sa valeur qu'on ne la déplace pas facilement. En ce moment, les tapisseries de La dame a la licorne sont sorties du musée Cluny de Paris, c'est tout un événement, elles sont pour plusieurs mois au Japon.

@ Annie : je ne sais pas si cela est vraiment important. Les critiques peuvent nous permettrent de regarder autrement mais je reste persuadée que ce qui fait aussi l'art, c'est la subjectivité, ce que nous voyons-ressentons. C'est pour cela que j'ai aimé ce parcours, il n'était pas si artistique mais historique, la conception et ce qu'a représenté la toile pour ceux qui la voyaient. À l'entrée de l'expo, autour de la grande reproduction, il y avait des citations de critiques, leurs interprétations, sans commentaires....

Ajouter un commentaire