Pop Art - Icons that matter

Affiche pop art

.

Pop Art - Icons that matter est une exposition présentée à Paris au musée Maillol jusqu'au 21 janvier 2018. Les oeuvres exposées proviennent des collections du Whitney Museum of American Art, institution new-yorkaise de l'art américain contemporain.

Je ne connaissais du Pop Art que les images les plus médiatiques. Bien que le Pop Art ne me séduise toujours pas, cette exposition m'a permis de véritablement appréhender ce qu'était ce mouvement artistique des années 60, ses principes et ses engagements.

Sans le moindre doute, le Pop Art est un art réactionnaire, critique, totalement inscrit dans son époque. Mêlant les techniques, il se joue de l'American way of life à la façon d'une " anti-propagande ". C'est le retour au figuratif pour exploiter la culture populaire. Par ce refus de l'abstraction, cette désacralisation des représentations traditionnelles, le Pop Art, ironique, utilise les codes d'une société devenue société de consommation et plonge dans le quotidien, s'appropriant les symboles, les icones, logos, piochant dans les comics, les médias et la publicité. C'est un regard sur la société américaine, sur les excès de la consommation et ce qui devient mythique ( marques, figures ), sur la médiatisation et le visuel omniprésents ( ( notamment par les représentations multipliées, les montages célèbres d'Andy Warhol )

.

Jacky pop

- Allan d'Arcangelo - 1963 -

.

Avec ses couleurs directes, saturées, les aplats, les images efficaces, le Pop Art n'est pas si simple qu'il n'y paraît puisqu'il manipule des référentiels culturels.

Les compositions comme les sujets, sont très diversifiés. J'y ai vu des oeuvres politiques, des oeuvres féministes, reprenant l'image de la pin-up des publicités pour mettre en évidence l'absurdité de la pratique publicitaire - la femme nue ou presque comme instrument - en la plaçant dans des situations incongrues, comme pour cette parodie de publicité pour des cigarettes, soulignant comme la femme est ainsi présentée comme un objet de consommation, érotisme banalisé, tout en témoignant paradoxalement de la libéralisation des moeurs.

Mel ramos 1965

- Mel Ramos - 1965 -

.

Avec Robert Rauschenberg, le propos est net, agencements d'images de presse, sans commentaire. Il n'était pas nécessaire. Avec Harold Ergeton, le propos claque, si j'ose le jeu de mot : en expérimentations photographiques, il montre le moment de l'impact, ce que fait une balle au " corps " de l'objet qu'il traverse.

Edgerton

.

Il y a de l'outrance et de la démesure dans le Pop Art, qui racontent les démesures.

L'artiste britannique Richard Hamilton définissait le Pop Art en 1957 comme " Populaire, éphémère, jetable, bon marché, produit en masse, jeune, spirituel, sexy, plein d'astuces, de séduction et qui rapporte gros." . Peut-être. Ce que j'ai vu, c'est plutôt ce qu'en a dit simplement Roy Lichtenstein : " Le Pop Art regarde le monde. "

Marilyn

- Rosalyn Drexler - Marilyn Pursued by Death - 1963 -

( reprise d'une photographie de presse de 1956 sur laquelle l'icone absolue tente d'échapper à un paparazzi... )

*

Commentaires (5)

1. Saxaoul (site web) 22/11/2017

J'avoue, je n'y connais pas grand chose au Pop Art. Merci pour ce petit compte-rendu.

2. MTG 23/11/2017

Je ne connais pas grand chose au pop art, mais naturellement c'est quelque chose qui m'attire. C'est moderne, décalé et très coloré.
J'ai vu récemment des photos de David Lachapelle, qui n'est pas vraiment dans le pop art, c'est trop récent, mais ça s'inscrit un peu dans ce mouvement, et j'ai bien aimé.

3. Marilyne 23/11/2017

@ Saxaoul : c'était l'occasion.

@ MTG : tout pareil pour le Pop Art, sans être une fan, ça m'interpelle. Oui Pour David Lachapelle, c'est vrai qu'on est dans le même esprit de détournement.

4. Valérie (site web) 29/11/2017

J'étudie le pop art avec mes élèves dans un thème qui s'intitule le progrès en art et mes élèves trouvent presque toujours que le pop est une régression artistique. J'aime bien voir les œuvres avec leurs yeux.

5. Marilyne 30/11/2017

@ Valérie : c'est intéressant. Et leur réaction ne m'étonne pas, le Pop Art est très direct ( je suis plus étonnée par ce thème Progrès et Art )

Ajouter un commentaire