Rouge

Affiche rouge

.

L'exposition Rouge présentée au Grand Palais ( associé au Centre Pompidou et au musée d'art moderne ) à Paris depuis mars 2019 se termine le 1er juillet. Elle mériterait d'être prolongée. La visite est passionnante. Nous en étions curieux, nous ne pensions pas qu'elle serait si foisonnante et intéressante.

L'exposition ne se limite pas aux images de propagande de l'idéologie communiste comme les affiches, dont certaines sont des icônes qu'il nous a été possible de voir. C'était étrange d'être devant un original de livre d'histoire, une histoire pas si ancienne.

Bolche vique kustodiev boris

Bolchévique - Boris Kustodiev - 1920 -

Cette exposition porte parfaitement son titre : art et utopie au pays des Soviet. Ce qu'elle nous raconte et nous montre, c'est la révolution artistique dans la Révolution. Un art au service de l'idéologie, un " art politique " d'une modernité impressionnante dans tous les domaines, celui de l'image, évidemment, l'art visuel sous toutes ses formes, avec la photographie, la peinture, le dessin, des maquettes, le cinéma, le théâtre, mais aussi d'autres domaines comme l'architecture, l'urbanité.

A travers les 400 pièces présentées, issues principalement de musées russes, c'est la mise en place d'un projet de société radical, d'une culture sociale, allant de 1917 à 1953. De nombreuses vidéos, de courts films d'époque, années 20 et années 30, les débuts du cinéma, sont proposés sur ce parcours passionnant. Nous y avons vu ce que nous pouvons appeler une avant-garde artistique, soufflés par l'efficacité et l'esthétique, pourtant réaliste, du graphisme, des photomontages.

L'exposition suit deux temps : l'élan des années 20 post révolution, la créativité débridée rejetant les codes classiques, puis les années 30-40 où l'art est contrôlé, dogmatique. Nous y voyons " l'art dans la vie " avec la propagande via l'imprimé, le design ( une réinvention des objets du quotidien ainsi que les vêtements ), la représentation de l'industrialisation et de types sociaux, ainsi que la culture du corps et la valorisation du sport, la ville stalinienne ( avec le métro de Moscou notamment et le projet de Palais des Soviets ), la peinture pour l'élaboration du mythe en forme d''hagiographie.

L'international n'est pas négligé. Dans les années 20, à Moscou, il y avait des expositions d'artistes sympathisants. Nous y avons croisé un artiste belge, graveur et illustrateur, dont j'apprécie particulièrement le dessin, que je connaissais pour ses gravures, Frans Masereel. 

Masereel place rouge 1024x835

Place Rouge - 1935 -

De l'Allemand Otto Griebel, contre le capitalisme : Exposition de marchandises bon marché ( 1923 )

Ogriebel

.

Collage, photomontage et gouache, sur les affiches de Gustav Klucis ( peintre letton 1895-1938 ). C'est une de ses affiches sur l'affiche de l'exposition Rouge. Il fut l'un des premiers à utiliser le photomontage. Il fit partie de la délégation soviétique pour l'Exposition Universelle de 1937 à Paris, avant d'être arrêté et condamné en 1938. 

029 klucis

.

Klucis

.

Je ne peux pas conclure sans citer l'illustrateur Vladimir Lebedev ( 1891-1967 ), peintre, graphiste et caricaturiste, qui fut l'un des premiers à s'intéresser au livre pour enfants à en devenir l'un des théoriciens. 

Je vous renvoie à l'excellente présentation des éditions jeunesse MeMo qui publie en français un livre regroupant quatre de ses albums : ICI 

A l'exposition Rouge, cet original de 1920 parmi mes favoris ( gouache et crayon ) : le fantôme rouge du communisme se déplace à travers l'Europe.

Postcard red vision communism by vladimir lebedev sku 02085519 web min

.

- Un diaporama de l'exposition sur art-in-the-city ICI -

*

Commentaires (17)

1. maggie (site web) 18/06/2019

dommage que je ne puisse pas la voir.

2. Lili (site web) 18/06/2019

Je dois bien reconnaître que ce n'est pas le genre d'expo vers lequel je me précipiterais mais enfin, ça a l'air effectivement très intéressant.

3. keisha 19/06/2019

Un peu tard. Tu sais rendre cette expo attirante. ^_^

4. Kathel (site web) 19/06/2019

Ce n'est non plus le genre d'expo qui m'attirerait, mais ton billet en montre tout l'intérêt.

5. Tania (site web) 19/06/2019

Il y a de la matière ! Cette propagande utilisait de nouveaux codes graphiques pour mieux se positionner dans la modernité.

6. Marilyne 19/06/2019

@Maggie : oui, dommage que cette expo ne voyage pas, le prêt est exceptionnel !

@ Lili : je t'avoue que " art et société " , c'est le genre d'expo qui me fait courir ^-^. Et celle-ci, c'est un livre d'histoire en images ! Bon, je reconnais que ce graphisme ( dessins et les collages-photomontages, ça me parle )

@ Keisha : hé, hé, je me doute bien qu'avec le mot Soviet dans le titre, ça ne fait pas forcément envie ;-)

@ Kathel : au-delà du contexte historico-politique, j'ai été impressionnée par l'élan créatif. Et puis voir des originaux, c'est toujours un grand moment.

@ Tania : oui, c'est exactement ça, et l'expo va plus loin avec l'impact sur les modes de vie, les projets urbains, etc.

7. Ada (site web) 19/06/2019

Je regrette, quand j'étais étudiante à Toulouse, de ne pas avoir vu d'expo là-bas... et c'est la seule chose pour laquelle je regrette de ne pas être à Paris. J'y connais rien du tout dans le domaine de l'art, mais à chaque fois que j'entends parler d'expo, ça a l'air intéressant, et celle-ci a vraiment l'air cool. Je ne pourrais pas la voir, mais merci d'en avoir parlé :)

8. Marilyne 20/06/2019

@ Ada : tu sais, je ne connaissais pas grand chose à l'art avant d'avoir la chance de pouvoir visiter les expositions. Et puis, je crois que ce n'est pas une question de connaissance mais de goût d'abord, ne te mets pas de barrière, ça te plaît ou pas, ça te parle ou pas.

9. Annie (site web) 20/06/2019

J'ai lu ton article juste après celui de Tania sur les "sorcières" et les deux se complètent :comment dévaloriser la "féminité " d'un côté comment exalter la "virilité" de l'autre. Les femmes sont complètement absentes de ces images ou alors seulement comme objet à vendre ! Le meilleur des mondes ?

10. Marilyne 20/06/2019

@ Annie : il est vrai que la féminité n'est pas en avant, ni en valeur. En revanche, ce qui nous a frappé, c'est " l'égalité des sexes " . Cela ne se voit pas sur les visuels que j'ai choisis mais les femmes sont très présentes sur les tableaux, les ouvrières évidemment, et sur les courts films de propagande destinés à la jeunesse.

11. MTG 22/06/2019

Belle expo, je crois que j'aurais pu m'y plaire. Je ne suis pas très expo, mais je trouve cette idée intéressante et de plus, comme tu le dis, ce n'est pas si vieux, du coup c'est des oeuvres modernes et je pourrais aimer.

12. Marilyne 22/06/2019

@ MTG : oui, c'est de l'histoire contemporaine, et l'art traverse tous les domaines, c'est une exposition très différente des expositions " classiques ".

13. Dominique (site web) 23/06/2019

période noire sur laquelle j'ai beaucoup lu, ce n'est jamais de trop de l'évoquer mais je crains un peu trop le panégyrique dans ce genre d'expo du genre c'était un temps béni ....

14. Alys (site web) 23/06/2019

Comme toujours, c'est très intéressant! Merci pour la découverte!

15. Marilyne 24/06/2019

@ Dominique : l'exposition rend bien " la folie " de cette période, toute l'idéologie, toute la propagande, c'est saisissant ( et effrayant ).

@ Alys : merci à toi !

16. Praline (site web) 24/06/2019

J'espère trouver le temps d'aller la visiter avant qu'elle ne ferme ses portes, le sujet est bien tentant !

17. Marilyne 25/06/2019

@ Praline : j'espère aussi que tu en auras le temps, cette expo est vraiment différente et passionnante.

Ajouter un commentaire