Charles à l’école des dragons – Alex Cousseau & Philippe-Henri Turin

Charles lecole dragons alex cousseau philippe l 9sswel

Comme tous les dragons de son âge, Charles doit apprendre à voler et à cracher du feu. Mais comment faire avec de si grandes ailes, avec de si gros pieds ? C’est sûr, Charles est différent des autres dragons. Plutôt que de prendre son envol, il reste désespérément cloué au sol. Plutôt que de brûler son cahier, il le noircit avec des mots, en passant son temps à écrire des poésies bizarres. À l’école, les autres dragons se moquent constamment de lui. Pourtant, il doit bien exister quelqu’un, ici ou là, capable d’aider Charles. Capable de l’aimer. De lui faire sortir le nez de son cahier, pour visiter le monde si vaste, et rejoindre l’horizon si lointain…

- Seuil Jeunesse -

Fantastique ! Dans tous les sens du terme.

Un album immense, un conte initiatique qui développe par l’image l’onirisme de l’histoire tandis que le récit aborde en douceur le thème de la différence et celui – combien empathique – de la difficulté de grandir, de la nécessité de se sentir encouragé, rassuré et accepté – autant par soi-même que par les autres – pour  » prendre son envol « .

Charles lecole dragons alex cousseau philippe l ts gqq

Une merveille visuelle au format incroyable ( du 27 x 38,5 tout de même, un pari relevé avec brio ) qui ravit les petits lecteurs fascinés par les dragons. L’univers que dévoile Philippe-Henri Turin rélève du magnifique : des tableaux tendres et raffinés, foisonnants de détails, de vie, illuminés de couleurs chaleureuses. Les compositions, mêlant les traits de l’imagerie enfantine à ceux des représentations traditionnelles, livrent des pages particulièrement expressives.

Cet album ne renouvelle pas le genre sur un sujet plus que récurrent de l’album jeunesse. Certes. Mais l’émotion prégnante, la beauté graphique, l’appel aux rêves et aux rimes autant qu’à une lecture complice font de ce livre là la définition même du plaisir de lire.

Ce fabuleux voyage dans ce pays des dragons se relit et se partage. On le lit couché sur le ventre pour profiter de ce format exceptionnel. On plonge et l’on se perd dans les illustrations. On regarde l’enfant captivé, on le voit sourire, on suit son doigt qui pointe ce que notre manie de l’écrit n’a pas encore remarqué dans l’image. On le laisse savourer avant de l’inviter aux mots. Puis, on le laisse s’approprier le texte en respectant le moment de silence, ce moment intime où se rencontre le lecteur et le personnage, parce que, justement, l’auteur a su simplement mettre les mots sur les sentiments. Il tourne la page. Encore. Et encore. Jusqu’à ce qu’il connaisse tellement l’album qu’il en choisit juste une ou deux, jamais les mêmes chaque soir. Jusqu’à ce qu’il vous raconte, lui, l’histoire et vous entraîne à nouveau dans l’illustration pour d’autres histoires à l’infini.

Charles lecole dragons alex cousseau philippe l nqfu28

.

- Rencontre avec Philippe-Henri Turin ICI-

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau