Partie de chasse - E.Bilal & P.Christin

 

Chasse bilal

- Casterman -

.

Lorsque Partie de Chasse est publiée en 1983, tout le monde croit encore à l'avenir radieux (ou redouté) du communisme. Bilal et Christin vont être parmi les tout premiers à peindre de l'intérieur l'état vermoulu du système. Dix ans plus tard, l'URSS a sombré et ils écrivent une Epitaphe aux protagonistes du "socialisme réel" ayant disparu dans les poubelles de l'Histoire. 

.

De la grande BD de politique-fiction devenue historique-fiction, une atmosphère de roman noir. Le titre évocateur l'annonce, le contexte aussi. Et c'est exactement ce que j'ai lu. 

" ... parce que moi aussi je voulais comprendre ce qui s'était vraiment passé... dans notre camp, il arrive que l'histoire soit changeante comme tu sais... [...] Oui... Il ne faudrait pas le dire ainsi en principe... et pourtant il y a plusieurs manières de raconter la très longue vie d'un héros de la révolution "

.

Bilal1

.

Ainsi, autour du personnage du vieux général Vassili Alexandrovitch Tchenchenko ayant traversé l'histoire soviétique sont réunis des membres du Parti des états satellites de l'URSS, des pays de l'Est; une réunion de responsables du COMECON, tous liés au vétéran de la Révolution d'octobre, dans une demeure au coeur d'une forêt de Pologne; une réunion politique sous couvert de chasse à l'ours avec des hommes vieillissants convaincus mais sans illusions sur les méthodes, les excès, les violences de l'exercice du pouvoir qui pervertissent l'idéal, sur l'évolution de cette politique; des hommes qui ne renient pas leurs privilèges et leurs trahisons. Chacun, tout à tour, racontera son lien au général et son parcours, à travers lui l'histoire communiste de son pays.

" Et si Vassili Alexandrovitch m'a sauvé la mise en faisant de moi l'artisan du grand bond de la paysannerie bulgare, comme on disait en 1958... C'est toujours le même cauchemar que j'ai depuis... Celui d'un monstre obscène et ambigu venu de je ne sais quelle étoile à jamais refroidie... Et ce monstre il m'arrive de penser que c'est moi, Vasil Stroyanov, à moins que ce ne soit le Parti lui-même, dont je ne suis qu'une bouche imprécatrice, qu'une griffe atroce... "

Cette BD date de 1983 pour un récit contemporain à sa parution, alors que le Mur de Berlin n'est pas encore tombé. La lecture est prenante, parfaitement servie par le talent de Enki Bilal, la précision de son trait ( d'autant plus appréciable sur les portraits du fait des nombreux personnages ), la richesse de la palette de couleurs sobres, tout en nuances, salies de rouge, éclairées de blond, le découpage dynamique des planches sur le froid... le froid de ces paysages enneigés, de ces hommes, de cette période historique.

Un album abouti, complété dans une seconde édition datant de 1990 par un court roman graphique à la façon d'un dossier biographique intitulé Epitaphe. Si les personnages de cette BD sont fictifs et s'ils sont les représentants types de l'apparatchik, le scénario laisse la place à la personnalité de chacun à travers son parcours communiste depuis la Seconde Guerre Mondiale, puis la déstalinisation, des purges aux disgrâces. Epitaphe, alternant texte et dessins grand format est un monologue de l'un des protagonistes à la chute de l'Union Soviétique s'adressant à ses " camarades ", précisant la fin, leurs fins. Cet ajout " actualisé " est un magnifique épilogue à cet album, au communisme européen.

.

Bilal3

.

- De la BD de Bilal au Bar à BD avec Mo' -

*

Commentaires (6)

1. Mo (site web) 23/03/2015

Elle est belle cette illustration que tu insères en fin d'article. Belle métaphore, puissante.
Un album qui n'a pas pris une ride, je trouve. Il n'y a pas besoin de forcer beaucoup pour imaginer que cela se passe aujourd'hui.

2. Marilyne 23/03/2015

Je crois que ce " roman graphique " ajouté en fin d'album rend l'album encore plus prenant. Il me clôt magistralement en toute beauté. Et sur la violence de ce qui est raconté et précisé, émouvant.

3. Sandrine (site web) 26/03/2015

Pourrais-tu ma belle installer des flux RSS sur ton blog : ce serait ainsi tellement plus facile de te suivre...

4. Marilyne 30/03/2015

Je vais regarder pour la manip, en attendant il y a la newsletter ou la page FB si tu veux ( notification pour les deux à chaque publication ).

5. Sandrine (site web) 30/03/2015

Oui ça serait bien. Je ne suis rien à partir de mon profil sur des pages Facebook (même si j'en "aime" certaines) parce que les infos s'entassent beaucoup plus vite que je ne les suis. C'est bien pour manifester son soutien, mais pour suivre vraiment c'est zéro. Avec un flux qui tombe dans un reader, l'article reste jusqu'à ce qu'il soit marqué comme lu, ça me va très bien.

6. Marilyne 30/03/2015

D'accord. Je vais te demander de patienter un peu.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau