Black Dog - Dave McKean

Black dog

- Glénat - Octobre 2017 -

- Traduit de l'anglais par Anne Capuron -

Peintre surréaliste de la première moitié du XXe siècle, Paul Nash a vécu l'atrocité des tranchées de la Première guerre mondiale. Les cicatrices de cette épreuve ont marqué son oeuvre à tout jamais.
Auteur de bande dessinée, Dave McKean décide de lui rendre hommage à travers cette biographie fantasmée. Entre réalité et illusion, il explore la fièvre créatrice de l'artiste en se projetant dans ses rêves, hantés par l'image perpétuelle d un chien noir. Ni malveillant, ni bénin, ce spectre agit comme un présage, un messager, un ennemi... puis un ami.
Grâce à la puissance d'évocation de son dessin, McKean parvient à transmettre, à l'image de l'oeuvre du peintre qu'il raconte, les effets dévastateurs et les traumatismes profonds légués par la guerre. Il nous offre une plongée cathartique dans les replis de l'âme déchirante d'un artiste déchiré.

.

Un album de collection ! Absolument extraordinaire de créativité graphique et narrative. Et quel hommage à l'artiste Paul Nash.

Le peintre Paul Nash ( 1889-1946 ) est peu connu en dehors des pays anglo-saxons. Pourtant, il est un artiste britannique, également graveur, marquant de son époque, témoignant avec force par ses tableaux de l'horreur de la Première Guerre Mondiale, d'abord en tant que soldat puis en tant qu'artiste de guerre officiel. Paul Nash est considéré comme un peintre surréaliste. Je préfère modérer ce propos. Il me semble plus, pour les représentations de guerre, dans le symbolique, des images entre symbolisme et réalisme. Ses peintures là sont frappantes, les paysages surréalistes fascinants.

.

Paulnash2

- Paul Nash - The Ypres Salient at night - 1917-18 -

.

Paul nash

- Paul Nash - The Menin Road - 1919 -

.

Orsay nash chataigniers deau

- Paul Nash - Châtaigniers d'eau - 1923 -

.

Fascinant est également cet album Black Dog sous-titré Les rêves de Paul Nash. 

A l'origine, Dave McKean devait fournir un album de commande pour le programme d'événements culturels liés au centenaire de la Première Guerre Mondiale. Dave McKean a offert bien plus qu'un album commémoratif. Connu pour son travail graphique ( affiches, pub, couverture de CD ... ), pour les illustrations des textes de Neil Gaiman, pour des expositions de ses oeuvres, il a donné dans Black Dog la mesure de sa créativité, de sa maîtrise de multiples techniques, et de sa sensibilité aussi. Dave McKean vit dans la région dont est originaire Paul Nash. Son oeuvre fait partie de sa culture et de son imaginaire. Il s'est encore documenté, il s'est inspiré. J'ai regardé après lecture de l'album les oeuvres de Paul Nash et j'ai été impressionnée par la façon dont Dave McKean les a mises en scène, en images, sans " copie ". C'est l'univers qui est là. La douleur, l'angoisse, et la mémoire aussi. Sur certaines illustrations, j'ai pensé aux oeuvres de l'artiste allemand Otto Dix, qui témoigna aussi.

Il a peint l'horreur pour s'en défaire

Je ne sais comment qualifier l'incroyable travail d'illustration tant il y a de techniques. Ce sont des dessins-chapitres en variations de styles, avec des jeux de couleurs comme thématiques. La lecture peut ne pas en être facile, il y a une exigence dans cette album du fait de sa diversité de composition graphique comme de la mise en espace. Il y a de la peinture, du dessin, des effets collage, effet gravure, du photomontage, des planches BD, des illustrations pleine page, du hors cadre. Une folie et une fantasmagorie, que les mots accompagnent, tout en atmosphère, en ressenti, l'esprit de Paul Nash. La lecture est parfois dérangeante, émouvante, troublante, sur plus d'une centaine de pages auquel le format de l'album fait honneur.

.

Je suis vivant. Eveillé à la vie. [...]. Je suis vivant, éveillé au pouvoir obstiné de la nature qui se déverse sur la terre. Qui pousse à travers nos os et nos machines rouillés, mortes, qui s'enracine dans les fissures, les cavités et les obus évidés. Un jour tout cela sera fini, et il nous faudra ramasser ce qu'il reste de nos corps brisés et les images imprimées dans nos esprits, et ne PAS oublier. Chez nous, il faudra forcer les gens à comprendre. "

.

Black dog 1

.

Black dog 2

.

Black dog 3

.

Black dog 4

.

Black dog 5

.

Un grand album, dans tous les sens du terme. Avec un grand merci pour ce fabuleux cadeau.

*

Commentaires (6)

1. Aifelle (site web) 05/12/2017

Je dois reconnaître que je ne connais pas du tout ce peintre ; je vais regarder en librairie, si je peux feuilleter l'album pour me faire une idée des planches, qui ont l'air magnifiques.

2. Tania (site web) 05/12/2017

Tu me fais découvrir le peintre et l'album - la dernière illustration fait rêver, oui.

3. Anne (site web) 05/12/2017

Une découverte totale pour moi aussi. Merci !

4. Marilyne 05/12/2017

@ Aifelle : je ne le connaissais pas avant non plus, c'est pourquoi je me suis laissée d'abord porter par l'album avant d'aller chercher plus d'informations.

@ Tania : ah, cette dernière illustration fait partie d'une série parmi mes favorites, oui, elle fait rêver, d'une grande délicatesse ( certainement peinture et collage )

@ Anne : je n'ai pas vu d'articles sur cet album, je ne comprends pas. Je l'ai vu pour la première fois dans une librairie BD.

5. Mo (site web) 29/12/2017

Forcément oui, forcément.
Je comprends mieux pourquoi tu fais référence à ce titre.
Je confirme donc : je vais provoquer l'occasion de feuilleter cet album en librairie (mais m'est avis que je ne vais pas me contenter de le reposer...) ;)

6. Marilyne 30/12/2017

@ Mo : j'étais étonnée que tu ne l'aies pas repéré ! Et je croise les doigts pour que la rencontre soit exaltante ^-^

Ajouter un commentaire