L'heure étoilée du meurtrier - Pavel Kohout

Kohout

- Folio 2011 -

- Traduit de l'allemand par Isabelle Hausser -

En février 1945, les bombardements des Alliés se succèdent sur Prague pour faire plier les Allemands... Le corps de la veuve d’un dignitaire nazi est retrouvé horriblement mutilé. Pour des raisons politiques, Morava, jeune policier tchèque, et Buback, inspecteur chevronné de la Gestapo, sont obligés de s’associer pour mener l’enquête. Les voilà lancés sur la piste d’un meurtrier psychopathe, une terrifiante poursuite qui va bouleverser leurs vies. Tandis que les Allemands tentent de retarder l’inéluctable et que les communistes s’apprêtent à s’emparer du pouvoir, les deux hommes apprennent à se connaître et à s’estimer. Autour d’eux le monde s’écroule et le chaos s’installe...

.

Le titre est accrocheur, le récit aussi. Pourtant, il est dense sans être un thriller ( malgré l'étiquette sur la couverture, ce mot le réduit, en réduit l'intérêt ). Ce livre, c'est un excellent polar historique. Ce contexte historique et géographique ne sert pas de décor, il est présent à part entière, ce qui rend la lecture passionnante.

L'auteur, tchèque qui fut l'un des porte-parole du Printemps de Prague, nous emmène dans sa ville natale, dans sa région, dans le coeur de sa population multiple au temps du Protectorat. Il revient sur le passé, nous voyons l'avenir se mettre en place. Cette complexité historique et géographique est prenante. Pavel Kohout sait nous parler des hommes, sans complaisance, ni caricature, les personnages secondaires en témoignent pleinement également. Il ne fait pas de propagande. L'intrigue est bien celle d'un roman policier, une trame aux ressorts classiques sur le fond quant au meurtrier, à l'enquête puis à la course poursuite, ceci dans le trouble de cette période d'occupation. L'auteur mêne de front les deux histoires, si je puis écrire cette formule, l'approche au civil comme au militaire, thèque et allemand, sur plus de 500 pages, l'espace pour developper le contexte, appronfondir les émotions et sentiments de ses personnages. Ce roman est long, c'est en cela qu'il est bon, rien de superficiel.

Le trouble n'est pas que pour l'inspecteur thèque, il est aussi pour le policier allemand, rattaché à la Gestapo, natif de Prague. Nous sommes en 1945. L'un, trop jeune, tient à distance la politique; le second est parfaitement conscient de son statut et de ce qu'il implique. A chacun ses doutes, ses deuils, ses amours, sa solitude, ses colères. Nous sommes au printemps 1945. Les Alliés d'un côté, l'Armée Rouge de l'autre, les bombardements sur l'Allemagne, les questions sur le devenir de Prague, tout cela pèse. 

Le roman se présente en quatre parties chronologiques, quatre mois, février - mars - avril - mai, comme trois temps, tant les événements se précipitent et évoluent, dans l'intime, dans l'enquête, dans l'historique. La dernière partie sera celle de l'insurrection et la chasse à l'assassin sadique identifié dans Prague en barricades, magistralement menée sur les échos des négiciations entre les Alliés et l'Armée Rouge. C'est cette partie qui explique le titre, l'heure " glorieuse " du meurtrier qui peut agir en héros sous couvert de nationalisme vengeur durant cette insurrection. 

L'écriture, la narration, son rythme, sont à la hauteur du projet au service des personnages et de la ville, de ce qu'elle va devenir, des causes et conséquences de l'Histoire dans cette région du monde.

L'écrivain Pavel Kohout, n'est pas seulement l'auteur de ce roman policier, il est dramaturge, metteur en scène et poète. Né en 1928, il est exclu du parti communiste en 1969. Il s'exile en Autriche.

*

Commentaires (11)

1. Aifelle (site web) 07/04/2019

Le contexte historique m'intéresse énormément. Je suis allée en Tchécoslovaquie au début des années 70, la chappe soviétique s'était abattue, le printemps de Prague était mort. Par contre je connais mal ce qui a précédé.

2. Marilyne 07/04/2019

@ Aifelle : je craignais d'être un peu perdue mais la lecture contextualise très bien. On se projette vraiment dans ce qui va suivre historiquement. Ah, aller à Prague, un projet de longue date toujours reporté.

3. Anne (site web) 07/04/2019

Je ne connais pas du tout mais je suis bien intéressée aussi par le contexte historique. Le duo d'enquêteurs doit être particulier. Bon, c'est un peu long, à réserver pour les vacances sans doute.

4. Kathel (site web) 08/04/2019

Je ne connais pas du tout... et l'étiquette "thriller" ne m'attire pas en général, donc tes précisions sont bien utiles. Le contexte m'intéresse beaucoup, je note !

5. maggie (site web) 08/04/2019

Voici un polar dont l'arrière-plan me plaît. Je note et j'espère pouvoir le lire bientôt !

6. Passage à l'Est! (site web) 08/04/2019

Un livre qui m'intéresse d'autant plus que je suis justement en train de lire un roman sur cette région et cette période, mais sous l'angle des relations entre Tchèques et Allemands de Tchécoslovaquie, et de l'expusion de ces derniers. Il y a plusieurs livres de Kohout dans les bibliothèques près de chez moi, donc je rajoute à ma (longue) liste.

7. Marilyne 08/04/2019

@ Anne : tout y est intéressants, y compris le duo, les personnages secondaires aussi, puis tous ceux, même anonymes qui participent à l'insurrection. Cette partie est effrayante bien que sans surprise. Et c'est la longueur qui permet de développer tout ça. Oui, pour une pause parce qu'il vaut mieux se poser.

@ Kathel : pas fan non plus de l'étiquette Thriller. Là, je pense, c'est à cause de cette enquête contre un psychopathe, il y a tous les ingrédients du genre mais pas que, c'est tout l'intérêt.

@ Maggie : c'est bien plus qu'un arrière plan, l'histoire du pays et ces mois particuliers sont essentiels au récit.

@ Passage à l'est : oh, je suis très intéressée par ta lecture !

8. Dominique (site web) 09/04/2019

un polar à contexte historique je viens d'en lire donc ce sera pour plus tard mais je note

9. Marilyne 10/04/2019

@ Dominique : oui, je comprends, je préfère aussi alterner les genres.

10. Anne (site web) 15/04/2019

Je note ce titre, Maryline car j'ai un gros faible pour les polars historiques : je trouve que c'est faire d'une pierre deux coups et cela débouche souvent sur des lectures plus "sérieuses". Merci à toi.

11. Marilyne 16/04/2019

@ Annie : oui, j'ai la même démarche que toi, je profite de cette première lecture Polar Et puis je cherche à compléter.

Ajouter un commentaire