La terre sans mal - Sibran & Lepage

Terresansmal

- Dupuis - Collection Aire Libre - 2008 - ( première édition 1999 ) -

Février 1939. Éliane Goldschmidt, jeune linguiste française, débarque au Paraguay pour achever son étude de la langue guarani. Chez les Indiens Mbyas, elle découvre un peuple apathique, résigné, comme s'il avait décidé de se laisser mourir. Mais un matin, le village est en effervescence, les femmes se lacèrent le corps, les maracas s'allument. Ces comportements étranges ont-ils un lien direct avec la venue prochaine de Karaï, l'Homme-Dieu ? Et la Terre sans Mal, ce mythique paradis de la légende indienne, existe-t-elle vraiment ?

.

J'ai découvert cette bande-dessinée par quelques uns des dessins originaux d'Emmanuel Lepage lors de l'exposition au Mémorial de la Shoah intitulée Shoah et bande-dessinée.

Cette exposition explore, à travers la BD, la représentation de la Shoah, de l'après-guerre à nos jours avec des dessins-documents d'époque ( un incroyable " Mickey au camp de Gurs " par un artiste interné dans un camp français, assassiné à Auschwitz ), des planches originales de BD, des livrets de présentation à consulter pour chacune des BD et toutes ces BD à disposition en consultation au centre de la pièce sur un espace prévu également pour s'asseoir et feuilleter-lire tranquillement. Une exposition en trois salles, aérées, qui ne s’embarrassent pas de grands discours, présentant une variétés de styles et d'approches, de Calvo ( l'immense " La Bête est morte " ) à Spiegelman ( " Maus "), Croci, Bilal, Yslaire, du manga, des adaptations de témoignages et de romans, des BD parues en presse, d'autres qui ne sont plus éditées.

J'ai vu cette exposition avant l'été, le souvenir est toujours vivace, je ne peux que vous la recommander. Elle devait se clore en octobre, elle est prolongée jusqu'au 7 janvier 2018.

- Un billet d'Eva à propos de l'exposition Shoah et Bande-dessinée ICI -

.

Dans La Terre sans Mal, la scénariste Anne Sibran aborde la Shoah en filigrane, en miroir, nous entrainant à la suite d'un peuple indien qui choisit l'exode, qui deviendra extermination par les conditions d'un voyage sans fin, en quête de cette terre sans mal, de leur terre promise, une terre de légende sur laquelle l'homme blanc n'aurait pas de prise. En Europe, c'est la Deuxième Guerre Mondiale qui est déclarée puis l'Occupation en France... Linguiste et ethnologue, le destin de la jeune Eliane devient celui de ce peuple amazonien qui n'a plus de patrie. Elle ne peut pas rentrer, les communications avec l'extérieur deviennent impossible. Elle comprend tardivement sa situation, elle prend conscience que plus personne de sa famille n'est encore là pour l'attendre.

L'Occupation et la Shoah ne sont pas représentées dans cette BD. A peine quelques pages d'intérieurs parisiens lors d'échanges téléphoniques, en bribes, durant lesquels son directeur lui cache longtemps la situation en France, tentant de la convaincre de rejoindre les USA. Cette BD, c'est l'Amazonie et son peuple, les Indiens Mbyas.

Nous sommes happés par le scénario, subjugués par les illustrations d'Emmanuel Lepage - bien que le découpage sur les planches soit dense et dynamique - qui déploie son trait charnel, son talent d'aquarelliste pour les paysages et la mise en couleur. Cette Bd est splendide, vivante, toute en atmosphère aussi par les fonds ocre, vert, bleu. Les corps, les visages, les costumes et coutumes, la jungle, nous sommes en Amazonie dans les années 40, traversant le continent d'Est en Ouest.

L'album se termine sur le " carnet d'Eliane ", quelques pages qui retracent son parcours, ce voyage à la fois tragique, initiatique et identitaire, en mots, en photographies et dessins au crayon.

Et sur la réédition de la BD, plus d'une dizaine de pages à la façon d'un Art Book d'Emmanuel Lepage, les croquis et travaux de recherche pour la disposition des cases à gauche, une pleine illustration à droite.

En juin dernier, j'ai croisé Anne Sibran lors du Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Malo. Ce scénario a été écrit alors qu'elle n'avait pas encore voyagé, après avoir suivi des cours d'ethnologie. Il est pourtant très documenté. Elle partira pour un long en Amérique du Sud en 2007. Toujours scénariste de BD, elle écrit encore sur la culture des Indiens d'Amazonie, signant des livres qui nous racontent cette culture, notamment le chamanisme.

.

Terre2

.

Terre4

.

Terre3

*

Commentaires (3)

1. Mo (site web) 27/11/2017

Récemment, j'ai lu un album de Lepage et je cela m'a rappelé que justement, je n'avais toujours pas lu cette "Terre sans mal". Le fait que tu en parles aujourd'hui est une belle coïncidence. Très envie de lire ce titre

2. Anne (site web) 27/11/2017

Oooh je note que l'expo est prolongée !

3. Marilyne 28/11/2017

@ Mo' : j'ai vu ton article sur le dernier Lepage. Pas certaine de céder à la tentation pour celui-ci ( pourtant je les collectionne. Sans les chroniquer ^-^ Pour La terre sans mal, j'avoue que la motivation de chronique a été l'expo )

@ Anne : Me disais bien que l'info t'intéresserait !

Ajouter un commentaire