Accident de personne - Anne-Frédérique Rochat

 Accident

- Editions Luce Wilquin -

Lecture dense, lecture de l'intime, de la gémellité, de la culpabilité et de la quête identitaire après le deuil. Dans ce roman, se confrontent les réactions face au deuil. Et écrire cette phrase est le réduire. Car par bien des aspects, cette lecture m'a rappelé celle, troublante, du roman Lucia Antonia, funambule de Daniel Morvan, par son atmosphère, sa quête d'équilibre, la dangerosité du miroir. Comment, pourquoi exercer son art, orpheline, au dessus du vide ? Ce récit interroge sur ce vide, en cherche une définition pour pouvoir le combler. Et sur le trop aussi.
La narratrice, « oppressée, fuyante », en « extinction de voix, extinction de moi « , est de retour dans son village natal qu'elle ne reconnait pas, bien-sûr, trop de temps est passé. Ce sentiment d'étrangeté, d'absence au lieu, à elle-même, ne la dérange pas, c'est ce hors-temps qu'elle recherchait, ou plutôt ne sachant pas ce qu'elle cherchait, consciente que ce lieu, ce temps, fut celui du déracinement. Mais, dans son ailleurs, dans son après, elle est parvenue au bout d'un chemin ayant perdu la capacité d'exercer son art.


» L'angoisse. Pure, pleine, à son apogée. J'étais aspirée par tout ce noir, tout ce rien. Dissoute au milieu du vide. »
.
» Et je repense à ma peinture, cette senteur enivrante, le bruit du pinceau sur la toile, l'excitation de commencer, le soulagement de terminer, la peur, l'envie, la joie, le bonheur, la déception, l'agacement, la révolte… Je voudrais tout retrouver. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de moi, sinon, où est-ce que je mettre tout ça ? Je risque l'implosion. [... ]
.
Charline traverse une période hors d'elle même, de sa vie. Mais le passé familial s'impose par l'annonce du suicide d'une jeune femme de son âge, Viviane, à peine une camarade de classe dont le souvenir l'avait marquée. Non pas cette camarade réellement mais ce qu'elle imaginait d'elle, fantasme enfantin de l'enfance rêvée face à la sienne, douloureuse, face à sa famille brisée. Dans sa solitude tourmentée, « à force de détours et de balades, à force de penser au passé et d'observer le présent « , se mêlent rêveries et cauchemars. Elle revient à ce » coup de foudre parental » qu'elle avait ressenti, se liant avec les parents en deuil, flottante entre le bien que lui font les attentions du couple meurtri et le mal en creux des interrogations que suscite le suicide de celle qui, selon les critères de la narratrice, avait tout pour se construire une vie heureuse, une artiste aussi. En regard, quelques lignes enchâssées, relatent, abruptes, le deuil également – réactions en chronologie parallèle – que vit le conducteur du train sous lequel le désespoir a jeté Viviane.


Accident de personne est le premier roman de Anne-Frédérique Rochat. On pourrait seulement lui reprocher les quelques révélations finales en échos qui chargent inutilement ce récit prometteur.

***

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau