Terre d'exil - Cesare Pavese

 

Pavese

- Traduit de l'italien par Pierre Laroche -

En lisant La journée d'un scrutateur de Italo Calvino, j'ai rencontré le nom de Cesare Pavese qui m'a rappelé qu'il était plus que temps de faire connaissance. J'en ai donc parlé à un ami ( " Quid Pavese ? " :)) afin qu'il me conseille parce que le titre qui m'attirait le plus était Le métier de vivre, lecture à réserver pour l'apprécier à après la découverte de l'univers de l'auteur. Cet ami m'a donc confié deux titres qui lui semblaient " représentatifs " : Le roman intitulé Le camarade, roman engagé se déroulant sous la dictature fasciste et ce recueil de trois nouvelles. 

Je vous épargne la quatrième de couverture qui me paraît trompeuse, insistant sur le sexe et la femme manipulatrice - c'est le défaut de cette collection, l'illustration de couverture et/ou la quatrième sont souvent réductrices - pour n'en retenir que la dernière phrase dont la formulation me paraît juste : Trois nouvelles, trois variations sur l'impossibilité du couple.

Pour chacune de ces nouvelles, une histoire d'amour bien plus qu'une histoire de couple, et l'histoire des temps de cet amour quand le temps de l'un n'est pas celui de l'autre; des histoires de solitude quand ce que ressent et projette l'un sur ce temps, sur cet amour, n'est pas le ressenti de l'autre. Alors oui, l'impossibilité du couple - couple à entendre au sens large, pas au sens mariage - de ces trois couples là. " Incommunicabilité " et incompréhension à cause de ce décalage de l'intime.

Une plume vive pour des histoires désenchantées dans lesquelles Cesare Pavese va au coeur de ses personnages. C'est en cela qu'elles sont cruelles, douloureuses. L'auteur y pose la question de l'amour, un amour conscient, de la capacité à aimer, de préserver la pureté d'un sentiment malgré les émotions qui nous dévorent, nos paradoxes, nos aspirations. 

Trois nouvelles en trois temps, en trois Je, la première avec un narrateur externe relatant l'histoire d'un autre - très joli texte déroulant en filigrane le sentiment d'expatriation et d'isolement ( plus que celui de solitude ), et ce souci du regard sur le passé, les couleurs du passé, que l'on retrouve dans les deux autres nouvelles -, la seconde revenant sur le souvenir d'un mariage trop vite, trop court, la troisième sur des retrouvailles, un amour de jeunesse inadaptable à la réalité et aux choix que les années ont inscrit ; trois nouvelles en trois remords " à cause de l'amertume et du malaise de ma mauvaise conscience ".

.

Mois de la nouvelle avec Flo -

*

Commentaires (7)

1. Kathel (site web) 21/11/2014

Un auteur que je n'ai pas encore découvert non plus... contrairement à Calvino. Ces petits Folio 2 euros sont des mines pour les nouvelles !

2. Marilyne 23/11/2014

Absolument, pour un parcours découverte aussi. ( il y en a un second de C.Pavese, proposant des nouvelles inspirées de son enfance italienne, je crois que je vais m'y intéresser )

3. Flo (site web) 23/11/2014

Tout comme toi, mes projets pour Pavese se sont toujours limités au "Métier de vivre" et je savais que ce n'était pas une bonne idée de débuter par là. En revanche, ce que tu dis de ces nouvelles me laisse à penser que ce n'est pas pour moi (pas fan des thèmes). Il me faudra trouver autre chose ; de toute façon, "Le métier de vivre" est sur ma LAL depuis si longtemps, qu'il peut encore attendre...

4. Marilyne 24/11/2014

Pour celui-ci, je ne suis pas étonnée mais je me demandais si tu serais curieuse de celui inspiré de l'enfance. Un roman alors, ou la poésie ? Dans mes projets de prendre le temps pour cette poésie, d'autant que d'après ce qu'on me dit, dans " Le métier de vivre ", C.Pavese écrit sur sa relation à la poésie, sur son univers de poète.

( je commence à envisager sérieusement la liste " je veux vraiment lire avant mon demi-siècle : ... " - avant 45 ans, ça va me faire un peu court, je crains que ce ne soit le délai pour rédiger la liste :-) )

5. Mina (site web) 24/11/2014

Puisque Flo n'est pas fan des thèmes, il était presque évident qu'ils me tenteraient au contraire beaucoup... Ces trois nouvelles pourraient peut-être aussi me faire revenir à l'auteur, encore très ancré dans le contexte de mes cours d'italien pour le moment. Pour cette raison, je dédaigne mon recueil, un des seuls à ne pas être traduit en français, d'après mes recherches (à moins que certaines nouvelles ne soient présentes dans le second Folio 2€ que tu cites). Je te l'aurais bien conseillé pourtant, d'après les nouvelles lues et centrées sur la mémoire, l'enfance (la quatrième de couverture cite parmi les thèmes chers à Pavese le mythe de l'innocence et de la "sauvagerie" à la campagne, la solitude des villes, le je adolescent et la mémoire de l'enfance).

6. Naïk (site web) 24/11/2014

Je n'ai pas encore lu Pavese, ce petit livre serait une bonne façon de le découvrir. Mais je commencerais peut-être par celui où il traite de son enfance, je pense que le thème m'intéressa davantage pour une première approche.

7. Marilyne 25/11/2014

@ Mina : et bien je vais suivre ce conseil ( d'autant que depuis, le conditionnel a disparu et que ces thèmes m'interpellent ), je suis très tentée de poursuivre la lecture avec ce second petit folio. Je te dirai donc si je relis avant toi.

@ Naïk : oui, pour les découvertes, cette petite collection est parfaite ( c'est pourquoi j'en use et abuse durant les mois de la nouvelle, je cumule à plaisir, le genre et la découverte d'auteurs dont je suis curieuse, depuis souvent trop longtemps... :))

Ajouter un commentaire