Un verger au Pakistan - Peter Hobbs

Verger

- Christian Bourgeois Editeur -

Ce court roman est une lettre, un » cahier » d'à peine 150 pages que le narrateur rédige pour raconter à la bien-aimée les années d'absence et les moments de bonheur partagés. Cet homme pas encore trentenaire, battu, abattu, encore un enfant lorsqu'il a été emprisonné, revient à petits pas sur les lieux de son enfance, de sa mémoire, qui, seules, ont survécu. Avec l'amour qu'il porte à Saba. Il revient dans ce verger qui a appartenu à son père, la terre de ses racines et de ses souvenirs. Un homme solitaire dont la famille est partie, qu'il ne peut encore rejoindre que ce soit physiquement ou psychologiquement; un homme qui ne renie pas son passé mais qui relève les yeux vers le ciel, les posent sur la page.

C'est par l'écriture, les gestes et les mots, qu' il revient. Nous en saurons bien peu de son monde qu'il n'a pas eu le temps d'apprendre, ce monde qu'il ne connaît pas si ce n'est qu'il perçoit les échos de la guerre qui le change; comme nous en saurons bien peu d'Abbas, le poète » qui n'a plus de poèmes à écrire » qui l'accueille. Dans le jardin du poète, dans le verger du père, un retour à soi pour revenir aux autres.


» Au cours de mes premières semaines ici, j'ai donc appris que tous les espaces clos n'étaient pas des prisons, et que certains procuraient même une forme de sécurité : certains sont des sanctuaires. «


Une lettre d'amour, voyage intime au cœur du temps. Malgré les scènes sordides de prison évoquées, une infinie douceur, ce vol d'hirondelles auquel s'attache le narrateur, le goût et les parfums, un regard d'un abandon émouvant et d'une acuité déchirante. Lumineux.

***

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau