Deux amis - Ivan Tourguéniev

Deux

- Mercure de France -

- Traduit du russe par Françoise Flamant -

« Alors qu'on était déjà en automne, Viazovnine fut amené à faire connaissance avec l'un de ses plus proches voisins. Celui-ci s'appelait Pierre Vassilitch Kroupitsyne. Ils se plurent mutuellement, commencèrent à se voir souvent, et, l'hiver venu, ils étaient déjà intimes au point de ne presque jamais se quitter. Et cependant ils n'avaient pas grand-chose en commun. »

C'est par cette nouvelle réjouissante que je découvre enfin la plume d'Ivan Tourguéniev ( 1818 - 1883 ) dans cette agréable petite collection poche Le petit Mercure ( dont je m'en vais explorer le catalogue proposant de nombreux courts textes d'auteurs classiques ) qui présente en fin d'ouvrage une biographie succincte de l'auteur.

Réjouissante nouvelle car elle se lit le sourire aux lèvres, le plaisir d'une prose fluide et vive qui plante un décor et donne corps à ses personnages en quelques lignes, quelques scènes simples rythmées par les dialogues. Et toute l'atmosphère est là, celle de la Russie des années 1840 loin des grandes villes. A la fois tendre et caustique, le propos est bien plus fin qu'il n'y paraît sous le prétexte au récit : Boris Andréïtch Viazovnine rejoint " ses terres héréditaires sises dans l'un des gouvernements de la partie centrale de la Russie " où il se résout à s'occuper de son domaine et à l'ennui qui l'atteint dans cette retraite provinciale campagnarde, ses revenus ne lui permettant plus la vie citadine de la capitale. Il se lie d'amitié avec l'un de ses voisins, Pierre Vassilitch Kroupitsyne, alors que tout sépare les deux hommes à peine trentenaires, l'éducation, la fortune, les goûts et intérêts, la pensée du monde et de la vie justement même. Pour le second, le premier est " incapable de rien faire " et pourtant ils deviennent inséparables. Semblant résigné à sa propre vie de célibataire, Pierre Vassilitch se met en tête de marier son ami, se met en quête, pensant offrir une réponse à l'insatisfaction, au désoeuvrement de son ami. Boris Andreïtch consent au projet, se laisse prendre à ses équipées à travers la région. Et le lecteur avec lui. Ces scènes de rencontres organisées par Pierre Vassilitch avec les potentielles épouses qui s'ensuivent sont drolatiques sans avoir l'air d'y toucher. Lors de ces presque parodies de rendez-vous mondains, nous côtoyons toute une galerie de personnages qui semblent évadés d'une pièce populaire; pointe d'impertinence pittoresque sur l'art du portrait.

Dans ce tableau de la Russie provinciale aux traits parfois burlesques, l'ironie se fait bienveillante et complice, nous menant à l'épilogue gentiment moralisateur, cet épilogue célébrant les vertus et bonheurs paisibles de la vie conjugale que ne renierait pas un Tolstoï.

.

 - Mois de la nouvelle avec Flo - Lire les Classiques avec Stephie -

*

Commentaires (7)

1. claudialucia (site web) 18/02/2014

hélas! j e ne l'ai pas lu celui-là!
Vertu de la vie conjugale pour un Tolstoï? Avec ce qu'il pense du mariage et de la femme en général? A quel roman penses-tu? Moi à La sonate à Kreutzer!

2. Marilyne 19/02/2014

@ Claudialucia : L’œuvre de Tolstoï témoigne de son évolution " spirituelle ". Je me doute que tu penses à la fameuse " Sonate à Kreutzer " ( et certainement à la réponse de son épouse " A qui la faute ? " ). Ici, le propos n'est pas autour du désir qu'inspire la femme. Vertu de la vie conjugale et vie simple ( c'est pourquoi j'ai ajouté Bonheur paisible ), évidemment campagnarde loin des " perversions citadines ", en réponse au désir d'ailleurs, à la " passion " en général, ce que l'on retrouve dans le récit " Le bonheur conjugal " et " Le Diable " ( dans le même recueil que " La Sonate à Kreutzer " si tu les as lus : http://www.lireetmerveilles.org/pages/lectures/litterature-russie/la-diable-tolstoi.html ). Dans " Guerre et Paix ", il y a aussi cet éloge du mariage et de cette vie qui clôt le roman.

3. Dominique (site web) 19/02/2014

je vois que nous dragons de la même façon les présentoirs des libraires
je viens de le terminer et j'ai aimé cette critique voilée de la vie russe mais avec un humour très pittoresque

4. Marilyne 20/02/2014

@ Dominique : je crois oui, il semble que nous rôdons entre les mêmes présentoirs et étagères avec les yeux dans les coins... ^^

5. Flo (site web) 22/02/2014

Hum... non... Je crois pas ;p Il me semble avoir fini par balancer mon exemplaire bilingue de "Premier amour" et ton billet ne me donne pas envie de retenter Tourgueniev. Pas que tu ne sois pas enthousiaste mais je doute que ce soit mon genre.

6. Marilyne 22/02/2014

@ Flo : la prochaine fois, tu ne balances pas, tu me le jettes :-)
( quant au prochain recueil que je présente, mon édition est mieux que la tienne mais tu n'as déjà pas été convaincue par les nouvelles que tu as lues, ça c'est fait, je suis bien partie pour - te - présenter la nouvelle de R.Carver consacrée à Tchekhov XD )

7. Flo (site web) 26/02/2014

S'il s'avère, lors de fouilles archéologiques, que "Premier amour" a échappé à la purge, je te l'envoie :)

Carver et Tchekov ? Hum... J'attends ça avec impatience ;D

Ajouter un commentaire