La tanche d’or – Constantin Paoustovski

Paoustovski

- Éditions de L’Aube -

- Traduit du russe par Alain Cappon -

Constantin Paoustovski est un écrivain russe ( 1892 – 1968 ), un conteur.  Les nouvelles de ce recueil sont parues dans la presse entre 1930 et 1940 sans souci de censure soviétique car ces récits relatent des souvenirs d’été, une Russie rurale.

 Onze nouvelles en échappée sur une centaine de pages, la fraîcheur des campagnes, des soirées en forêt autour d’un feu, les matins de pêche, la douce palette nature relevée des couleurs des villages et des villageois; leur langage, leurs enfants, le chat, le chien, les animaux des bois et des lacs s’invitant sur les pages alternant le bucolique des descriptions au ton vif des scènes.

Le dernier récit est un Adieu à l’été, hommage à la beauté renouvelée de la première neige.

 » L’hiver prenait possession de la terre. Néanmoins, nous savions bien qu’en grattant la couche de neige molle avec la main, il serait encore possible de découvrir de fraîches fleurs sauvages; que le feu allait continuer à crépiter dans les poêles; que les mésanges allaient hiberner avec nous. L’hiver nous sembla alors posséder une splendeur analogue à celle de l’été. « 

Une promenade qu’il doit être un plaisir à lire en VO.

L’auteur de la présentation de ce recueil, Georges Nivat, rapproche les récits de Constantin Paoustovski des tableaux du peintre paysagiste Isaac Levitan ( 1860 – 1900 ) auquel l’auteur russe consacra une biographie.

Village savvinskaya near zvenigorod at summer 1884 300x195

.

Isaac levitan 300x233

.

Quiet cloister

.

Il ajoute :

 » Cette douceur s’affirmait contre la brutalité de la tyrannie; cette humilité du paysage et des êtres simples le peuplant renouait avec une Russie ancienne, [...], et qui n’avait plus droit de cité dans le chantier prométhéen où les grands mythes de la violence conduisaient et bousculaient les hommes. « 

***

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau