Monsieur Désire ? - Hubert & V.Augustin

Monsieurdesire

- Glénat - 2016 -

- Une histoire imaginée et écrite par Hubert, mise en image par Virginie Augustin -

 

Le récit de cette BD - de belle qualité éditoriale aux pages épaisses - se déroule à l'époque du mariage de la reine Victoria. Nous sommes à Londres, dans la grande demeure de Monsieur - Edouard - noble et riche héritier. Le jeune homme est peu sympathique, égocentrique et décadent, insensible voir cynique. Presque une caricature. Sa vie de luxe et de débauche ne le satisfait pas. Désabusé déjà, il semble que seules les possibilités de provoquer un peu plus l'animent.

A travers lui, le lecteur entre dans la demeure, partageant le quotidien des domestiques. Et c'est un tableau de cette Angleterre victorienne qui se découvre sur les pages, par les situations de chacun. De chacune, devrais-je écrire.

Monsieur Edouard décrète, suite à une retour piteux de soirée après que celle-ci se soit occupée de lui, que la domestique prénommée Lisbeth, aussi discrète que modeste, devra prendre soin de lui lorsqu'il revient de ses expéditions nocturnes flirtant avec le suicidaire. Et l'aristocrate parle à la domestique. Il lui raconte ses aventures sexuelles, le langage est cru, les situations scabreuses. Il cherche à choquer. Elle ne réagit pas, tenant son rôle, pudique, distante, silencieuse souvent, comme résignée. Et c'est cette résignation qui lui donne de l'assurance. Le monde du dandy n'est pas le sien. Elle n'y aspire même pas, ses valeurs ne sont pas les siennes. 

Une forme de relation s'engage ainsi, peu à peu, les failles de Monsieur se dévoilent. 

Dans cet album, n'est pas le personnage principal celui qu'on pourait croire. Le propos, historique, est clairement féministe, il raconte la condition féminine, pas seulement des classes populaires. Il est également social, dévoilant les rivalités et les déchéances parmi les employés de maison, ainsi que les règles sévères, hypocrites et misogynes, des castes. C'est Lisbeth, ce qui fait sa réalité, que nous accompagnons.

Cet album est une réussite. Il fait la part belle aux dialogues qui mettent d'autant plus en valeur les planches muettes, éloquentes. Le travail graphique de Virginie Augustin est soigné, tant pour les décors que pour les attitudes et expressions des personnages. L'atmosphère de l'époque, celle de cette inconvenante relation, est parfaitement rendue. Les scènes sont significatives, en images et en mots. Autant les traits sont fins, les couleurs sont sobres, autant le récit est féroce.

.

Md1

.

Md2

.

Md3

.

En fin d'ouvrage, l'auteur signe un dossier en voyage dans le temps, l'Histoire derrière " Monsieur désire ? " , un dossier historique fourni de vingt-cinq pages. Y sont abordés en chapitres tout le contexte économique et social britannique de cette première moitié du XIXème siècle ( Londres capitale du monde, la reine et la royauté anglaise, le monde aristocratique, la classe ouvrière, les employés de maison, la morale et la prostitution, jusqu'à l'émigration vers les USA ). Pour chaque double page, une gravure d'époque illustre les explications.

Un album et un dossier qui rappellent à la lectrice qu'elle n'a jamais lu Charles Dickens...

*

Commentaires (9)

1. Moka (site web) 28/12/2018

Je garde un excellent souvenir de lecture de cet album !

2. Autist Reading (site web) 28/12/2018

J'avais adoré le cynisme et l'ironie qui se dégagent de cette histoire.

3. Marilyne 28/12/2018

@ Moka : je ne suis pas étonnée, il est très réussi, le travail graphique de V.Augustin est remarquable.

@ Autist Reading : oui, et les dialogues sont excellents. Mais tout de même, je n'ai pas lu que de l'ironie, même si le cynisme, évidemment...

4. Annie (site web) 29/12/2018

Maryline, tu vas bientôt gagner et me transformer en lectrice de BD. Très bonne fin d'année à toi !

5. Marilyne 30/12/2018

@ Annie : oh, je n'en espérais pas tant. Belle fête de fin d'année à toi.

6. Lili (site web) 31/12/2018

J'avais beaucoup aimé cette BD mais, tu vois, en te relisant, je m'aperçois que ma mémoire avait zappé une bonne partie du propos... C'est le problème quand on ne chronique pas une lecture !
Vu la date, je te souhaite par ailleurs un bon réveillon et une belle année à venir, Marilyne. J'espère que tu es partante pour continuer nos rendez-vous poétiques ? :)

7. Marilyne 31/12/2018

@ Lili : partante, avec des dérogations ;). Ce ne sera pas possible pour janvier ( ni mars ). Bon réveillon à toi.

8. Jérôme (site web) 01/01/2019

Un duo d'auteurs qui ne peut que faire mouche ! J'espère bien le dénicher à la médiathèque.

9. Marilyne 02/01/2019

@ Jérôme : c'est certain ! J'espère bien qu'elle tombera entre tes mains :)

Ajouter un commentaire