Petit traité d'intolérance - Charb

 

Fatwacharb

- Librio 2012 -

.

Les fatwas de Charb 

Vous trouvez touchants les dessins d'enfants affichés au bureau et la nostalgie branchée des trentenaires ? Sexy les filles perchée sur des talons de 12 cm ? Sympathiques les festivals thématiques qui fleurissent un peu partout les week-ends ? Alors ce livre n'est pas pour vous ! Tous ces détails de la vie quotidienne qui enchantent Amélie Poulain donnent à Charb des envies de meurtre et lui inspirent, dans ce livre, de petites chroniques acides et hilarantes.

.

De la chronique " Charb n'aime pas les gens ". Dans ce recueil sans prétention, une cinquantaine de textes brefs et mordants pour détendre les zygomatiques. Si la lecture ne fait pas hurler de rire, elle fait largement sourire. Je revendique avoir pouffé sur certaines situations et formules. Oui, c'est souvent vulgaire; oui, c'est parfois facile; oui, c'est parfois cul. Et alors ? Ce sont des blagues. Qui dessinent un tableau de société. Insolent et sarcastique, Charb se mêle de tout, de la disparition du croissant ordinaire aux serveurs sexistes, du vote utile aux lâchers de ballons...

.

 " Mort aux étiqueteurs de pommes !

C'est la sorcière de Blanche-Neige qui a gagné. Les pommes polluées aux pesticides réduisent autant notre espérance de vie que le nombre de spermatos vivaces dans nos couilles. Tout le monde guette la catastrophe nucléaire avec angoisse, et c'est la pomme, la bête pomme, qui viendra à bout de l'humanité. Si on ne veut pas s'empoisonner, il faut laver sa royal gala à l'eau de javel et la peler jusqu'aux pépins. C'est trop chiant. La vie est trop courte pour s'emmerder à éplucher des pommes. Partir chasser la pomme bio est encore plus pénible. Mais alors, pourquoi bouffer des pommes ? Parce que c'est obligatoire. Il faut manger cinq fruits et légumes par jour pour prolonger sa vie jusqu'au cancer. Sinon, on meurt d'une maladie cardio-vasculaire, et là, c'est la honte. Dans les cinq fruits obligatoires, on est forcément confronté à un moment à la pomme. Va pour croquer à belles dents les pesticides, mais il faut avant ça enlever l'étiquette collée sur le fruit. Le producteur a mis sa marque. Autant les pesticides n'ont pas de goût et se digèrent bien, autant ce putain d'autocollant est imbouffable. Et vas-y, essaie de le décoller ! ça résiste. Tes ongles finissent par s'enfoncer dans cette peau que tu ne voulais pas peler, et, quand tu es venu à bout du papelard, il reste à sa place une tache de colle méga-poisseuse. Le plaisir de manger une pomme empoisonnée est gâché par cette manie que le gros péquenot a prise à l'industriel : apposer son logo sur son produit. Quand il va aux chiottes, je parie qu'il emporte avec lui une provision d'autocollants afin de marquer ce qui tombe de son sale cul ! Si l'on ne trouve plus de vers dans les pommes, ce n'est pas à cause des produits toxiques que les paysans déversent dans les champs, mais parce que les bestioles ne supportent plus la proximité de ces abrutis.

Je crois que vous en serez d'accord, il faut obliger les étiqueteurs de pommes à avaler le contenu d'une centaine de bâtons de colle Uhu. Amen."

.

Dessinateur satirique, directeur de publication du journal Charlie Hebdo, Charb a été assassiné ainsi que onze autres personnes lors d'une conférence de rédaction le 07 janvier 2015.

Le lendemain de l'attentat dans les locaux de Charlie Hebdo, les journalistes du Canard Enchaîné ont reçu des menaces. " C'est votre tour ". Le message précise qu'ils ne seront pas massacrés à la kalach mais découpés à la hache. Comme l'écrivent si bien ces journalistes " Au moment où il n'est pas facile de se fendre la gueule, ça tombe bien ". Ils en sont là, au Canard, " à l'heure hache. "

.

Mort à ceux qui ont peur de mourir !

J'ai peur de la mort, je ne veux pas mourir et gnagnagna... Non, mais quelle prétention ! Et pourquoi tu ne mourrais pas comme tout le monde ? Qu'est-ce qu'elle a de si extraordinaire, ta vie, pour que tu t'y accroches comme un morpion ? T'en as qu'une, on le sait que t'en as qu'une ! Pourquoi il t'en faudrait plus ? Pour vivre une deuxième fois les conneries que tu as déjà vécues une fois et pour à la fin pleurnicher de nouveau que tu ne veux pas disparaître ? Mauvais joueur ! A chaque tour de manège, t'es du genre à vouloir décrocher la queue du Mickey, toi, sinon tu piques une crise ! Il faut grandir, mon vieux, et, oui, mourir. Que tu aies peur du moment qui précède la mort, je veux bien, il y a des agonies qui ne sont pas rigolotes, mais, avec une bonne piquouse dans les miches, maintenant, tu ne te rends compte de rien. Tiens, t'as eu mal au ventre avant l'oral du bac ? Et bien, la mort ne devrait pas t'effrayer plus qu'un oral du bac. Et dans le bac, ce qu'il y a d'angoissant, c'est qu'on peut le rater, alors qu'avec la mort, pas de surprise, on est sûr de l'avoir. C'est ce saut dans l'inconnu qui te fout les jetons ? Mais le néant, ce n'est pas l'inconnu, c'est le néant. Le néant, c'est, comment te dire ? Tu vois ton boulot à la poste ? Bon, bah, c'est pareil en moins chiant. Et puis, ta vie, je te rappelle, tu l'as eu gratos. Quand tu tombes sur un billet de 100 euros dans la rue, tu l'empoches et tu fermes ta gueule. Au moment où tu le ramasses, tu penses déjà à la manière dont tu vas le dépenser, non ? Tu sais très bien que le billet ne sera pas éternel et tu l'acceptes. Ta vie, c'est ce billet de 100 euros. Disons 500, si ça peut te faire plaisir. Et encore, la vie, tu n'as même pas eu à faire l'effort de te baisser pour la ramasser. Feignasse !

Je crois que vous en serez d'accord, il faut pousser au suicide celui qui a peur de la mort en ne lui projetant du film de sa vie que les scènes où il fait la vaisselle. Amen. "

.

Le premier volume des fatwas de Charb avec Anne qui vous présente le second -

.

A l'initiative de Galéa, des blogueurs se sont réunis en hommage et mémoire.

- Pour la liberté d'expression -

La vidéo est diffusée sur Youtube ICI 

.

- Merci à tous -

*

Commentaires (5)

1. Anne (site web) 07/02/2015

On est sur la même longueur d'onde... J'adore tes extraits !

2. Marilyne 07/02/2015

Heureusement que ta chronique est un peu plus longue et détaillée que la mienne qui en porte à peine le nom ( quelque peu " impactée "... )

3. sous les galets (site web) 07/02/2015

J'aime beaucoup la manière dont tu présentes ce texte, pour tout dire je ne savais pas que Charb avait écrit un recueil de nouvelles, me connaissant je suis sûre que je trouverais cela un peu déplacé, surtout s'il y a des gros mots. Et pourtant, j'aime vraiment beaucoup l'extrait que tu as mis sur la mort, en le lisant a posteriori, je dirais même qu'on rit un peu jaune...a posteriori. Et je crois profondément que le rire, la satire et la caricature attestent de la légitimité d'une démocratie (même quand ils font grincer des dents certains...dont moi).
Merci de ta participation Marilyne, et merci de cet angle.

4. enna (site web) 07/02/2015

<3

5. keisha 07/02/2015

Marrant le comm de galea sur les gros mots, je crois l'avoir remarqué quand j'ai parlé du tome 2, ... en 2014! Merci de présenter le tome 1!

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau