Un grand vivant - Charles Juliet

Grand vivant

-          Flohic Editions –

.

Ce texte est une lettre de Charles Juliet au peintre Paul Cézanne, en hommage, en propos à résonance intime sur l’homme, sur l’artiste, sur la quête de soi.

«  En principe, on n’écrit pas à quelqu’un qui n’est plus de ce monde. Mais précisément, pour moi comme pour tant d’êtres en de nombreux pays, vous êtes bien vivant, puisque vos toiles continuent de nous émouvoir, de nous faire voyager en nous-même, de conforter nos plus hautes aspirations, en bref de nous communiquer la vie. Et puis, en rédigeant cette lettre, je pourrai m’adresser à ce Cézanne que je porte en moi. En effet, avec d’autres – écrivains, peintres, anonymes – à l’époque où je me cherchais, vous m’avez aidé à trouver mon chemin. »

Une lettre en réflexion dans tous les sens du terme dans laquelle on retrouve les thèmes de Charles Juliet, les questionnements existentiels pour atteindre une personnalité clarifiée, unifiée, le sens de la création, la sensibilité aux paysages. L’auteur n’a pas prétention d’étude de l’œuvre qu’il a rencontrée par nostalgie de la Provence, de la ville d’Aix où ses pas ont croisé ceux de Paul Cézanne.

Charles Juliet s’intéresse à l’homme, à ce qui en a fait un artiste, à l’artiste dans le doute, dans la solitude, l’artiste insatisfait et obstiné, opiniâtre, à son chemin et son accomplissement, à ce que donne à voir les toiles. C’est à ce Paul Cézane en devenir qu’il écrit, le citant abondamment. Ainsi Charles Juliet nous donne à lire à travers une recherche artistique singulière un «  voyage de la découverte et de la connaissance de soi ». Ce qui l’interpelle, c’est cette volonté dans l’acte de voir, en parfaite conscience, libéré d’influences extérieures, d’en fournit sur la toile une expression mêlant l’émotion et la technique, de représenter la sensation de l’image, une expression «  qui soustrait au temps », une «  transfiguration » du réel de « entre l’éprouvé et sa traduction ».

Une lettre en initiation à une conception de l’art pictural, de la vie.

«  Vous aurez compris, cher Monsieur Cézanne, que seule m’intéresse, seule m’importe, seule me parle profondément une œuvre ayant pour auteur un être voué sans relâche à le recherche de lui-même, à la poursuite de cette liberté, de cette simplicité, de ce détachement grâce auxquels il est possible d’accéder à une vie d’une réelle intensité. »

Cette édition date de 1997. Sa conception est parfaite pour accompagner l’auteur et le peintre : d’un format cahier, un ouvrage à reliure tissus et pages de papier glacé. Sur chacune des pages de gauche est reproduit un tableau de Paul Cézanne, ces reproductions suivant chronologiquement les dates de création, nous permettant ainsi de suivre l’évolution de l’artiste. En fin d’ouvrage, une biographie succincte de Paul Cézanne.

Depuis 2006, ce texte est publié aux éditions P.O.L.

.

1352918893 1900 19o6 paul cgzanne le tournant de la route

- Paul Cézanne - Le tournant de la route - Aquarelle 1900-1906 -

.

- Lecture de Charles Juliet avec Flo -

*

Commentaires (6)

1. Aifelle (site web) 30/09/2014

Je me rends compte qu'il a beaucoup écrit finalement, Charles Juliet. Je ne connais pas celui-ci, je le retiens, il parle très bien des peintres.

2. keisha (site web) 30/09/2014

Pour l'instant je n'ai lu que ses Journaux et autres textes autobiographiques, pour l'art, on verra aussi!

3. Flo (site web) 30/09/2014

Merci infiniment et pour ta participation, et pour cette lecture qui m'interrogeait.

Juliet parle souvent de Cézanne dans ses journaux et comme je ne suis pas plus que ça fan du peintre, je ne voyais pas très bien ce qu'il lui trouvait (en même temps, la peinture de Bram Van Velde ne me parle absolument pas alors que c'est un homme qui avait l'air d'être une perle).
Je comprends un peu mieux désormais et la dernière citation donne envie de mieux connaître Cézanne.
Encore merci !

4. Dominique (site web) 01/10/2014

En bonne lyonnaise Charles Juliet reste un de mes auteurs de prédilection
j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de le rencontrer et c'est chaque fois un très très bon souvenir
Je ne le croise plus aujourd'hui comme autrefois place Bellecour mais c'est l'occasion de le saluer

5. Kroustik (site web) 03/10/2014

Merci pour cette découverte ! Je n'avais pas connaissance de ce livre. Cette lecture me permet de jeter un oeil neuf sur la bibliographie de CJ.

6. Marilyne 05/10/2014

@ Aifelle : il est très agréable à lire, surtout dans cette édition accompagnée de peinture. Je n'ai pas encore osé sa poésie, ni ses journaux. Prochain projet, le récit de Fabienne Verdier ( depuis le temps qu'il m'attend ! ) et l'entretien avec Ch.Juliet.

@ Keisha : les Journaux, je voudrai vraiment les lire, je tourne autour, attend le moment vraiment disponible. Je crois que je vais les lire en dernier...

@ Flo : j'ai choisi ce titre effectivement pour " l'échange ' avec un artiste, même si, comme toi, je ne suis pas particulièrement sensible aux toiles de Cézanne. C'était justement l'occasion de les regarder à nouveau, avec les mots de Ch. Juliet.

@ Dominique : oui, un rendez-vous. L'oeuvre est attachante, l'auteur aussi j'imagine ( à peine croisé lors du dernier Salon du Livre de Paris ), tu as de beaux souvenirs :)

@ Kroustik : merci à toi. Je te comprends, il faut prendre le temps avec cette bibliographie, sinon on retrouve toujours les mêmes titres alors qu'il y a un véritable choix de genres et de thèmes.

Ajouter un commentaire