Rouge Soutine - Olivier Renault

Rouge soutine

- La petite vermillon - Editions La Table Ronde - 2012 -

.

Ce récit est une évocation du peintre russe Chaim Soutine ( 1893 - 1943 ) émigré en France. Considéré comme expressionniste, il appartient à ce mouvement, cette période, que l'on nommera l'Ecole de Paris ( groupe d'artistes souvent étrangers qui se retrouvèrent à Paris, dont Maurice Utrillo, Amadeo Modigliani, Kees von Dongen, Foujita... ). C'est le temps de Montparnasse, de la Bohême.

.

Amedeo modigliani chaim soutine 1917

- Portrait de Chaim Soutine par Amadeo Modigliani ( 1917 ) -

.

L'auteur reconnaît les zones d'ombre dans la vie de C.Soutine, les approximations, les légendes parfois entretenues par le peintre, les témoignages contraires. Il ne les néglige pas, au contraire. C'est en cela que l'auteur qualifie son récit d'évocation, du peintre, de la peinture, et non de biographie.

...pour un artiste, la vie est à réinventer. Joyce affirmait qu'un portrait " ce n'est pas une pièce d'dentité, c'est la courbe d'une émotion ". Une formule qui s'applique parfaitement à Soutine. Son portrait, ses portraits, ses peintures, sa trajectoire, ses déplacements d'atelier en atelier, sont, et dessinent, des courbes d'émotion. Les faits, pour autant qu'ils soient avérées, doivent primer sur le reste, en souhaitant qu'une autre émotion s'en dégage, car rien ne vaut le choc que l'on peut ressentir devant une nature morte, un portrait, un paysage de Soutine : une commotion dont, heureusement, on ne se remet pas. "

Un choc, une commotion, ce sont exactement les mots. J'ai ressenti une secousse lorsque j'ai découvert la peinture de Soutine à l'Orangerie ( où est conservée la plus grande collection d'Europe de ses peintures ), à la fois éblouissement et malaise; une émotion mêlant admiration et trouble devant les distorsions, déstabilisante. Je suis envoûtée par ses paysages tortueux pourtant éclatants, ses arbres sinueux, par ses paysages hallucinés, cette tourmente des lignes et des teintes, en contrastes. Une peinture vive, à vif.

.

Soutine village 1923

- Le village ( 1923 ) -

.

Chaim Soutine est un peintre de la couleur et de la matière. Il fait peu de dessins, seulement quelques traits de fusain en travail préparatoire, et il pose directement le pinceau sur la toile, " à pleine pâte ". Sa peinture est brutale, charnelle, dérangeante parfois. La toile comme une convulsion. La toile qu'il déchire, qu'il lacère, qu'il découpe, s'il est insatisfait. Le critique d'art franco-suisse Pierre Courthion écrit de C.Soutine qu'il est le " peintre du déchirant " ( titre du catalogue raisonné qu'il publia ). 

" Il s'agit plutôt de travailler sur la perception même et la restructuration de l'espace. L'effet est violent. C'est un monde vacillant, chancelant, toujours au bord de l'explosion. "

.

Soutine arbre couche

- Arbre couché - 1924 -

.

Le récit est chronologique, sérieusement documenté, suivant les étapes ( au sens propre comme au sens figuré ) de la vie et de l'oeuvre de Soutine. L'enfance russe du fils de tailleur juif, la volonté de dessiner dans un contexte culturel qui ne l'autorise pas, la violence religieuse, sociale, les Beaux-Arts à Vilnius puis à Paris ( certainement en 1912 ), les artistes compatriotes, les multiples visites au Louvre de ce réfractaire au cubisme, l'admiration pour Courbet, Chardin et Rembrandt ( dont il s'inspire pour les natures mortes, les carcasses ), toujours la misère.

Paris, une ville qui les attire par son ouverture d'esprit [...] L'antisémitisme y est moins prégnant que dans l'empire tzariste, et tant qu'à être misérable, autant vivre dans un lieu où il y a l'espoir de percer. "

Soutine vit dans les cités d'artistes, La Ruche à Montparnasse, ce Montparnasse cosmopolite, puis la cité Falguière. Il survit en étant ouvrier chez Renault ou manoeuvre de chantier. En 1914, souhaitant l'engagement volontaire comme nombre d'artistes étrangers, il est réformé. Il se lie d'amitié avec Amadeo Modigliani avec lequel il sera colocataire ( " qui lui apprend à boire; ce ne sera pas son meilleur cadeau " ).

" Le loyer est modique, cent francs par an; aussi tous les artistes pauvres, souvent immigrés, se donnent le mot et viennent s'installer à La Ruche. Une communauté cosmopolite se crée, qui regroupe bon nombre de Russes, mais aussi des Italiens, des Hollandais, des Norvégiens, des Polonais, des Hongrois. parmi les artistes les plus célèbres, Chagall, Modigliani qui y fait un bref passage, Zadkhine, Brancusi, Marie Laurencin, Archipenko, Soffici, Fernand Léger, Jacques Lipchitz, Marevna, Diego Riviera... Des écrivains fréquentent les lieux, au nombre desquels Guillaume Apollinaire, Max Jacob et Blaise Cendrars. "

C'est le temps des paysages urbains ( L'atelier de l'artiste à la cité Falguière - toile en couverture ), des portraits. Ce récit est aussi celui de Montparnasse avant guerre ( on y croise Kiki ). Voici une citation de Marc Chagall ( issue de Ma vie - 1931 ) :

La Ruche. Ainsi nommait-on une centaine d'ateliers entourés d'un petit jardin, tout près des abattoirs de Vaugirard. Ces ateliers étaient habités par la bohême de tous les pays.[...] J'ai abandonné mon ghetto et ici, dans la Ruche, à Paris, en Europe, je suis un homme. "

L'auteur retranscrit des témoignages de contemporains - artistes, critiques d'art, mécènes -, confronte les versions, n'occulte pas la complexité de la personnalité, les quelques escroqueries du peintre qui vendait deux fois ses toiles. C'est ainsi le rapport à l'oeuvre d'art que souligne l'auteur. Soutine ne parvient jamais à " abandonner " ses toiles. 

Des années plus tard, lorsqu'il sera à l'abri du besoin, l'artiste n'aura de cesse de reprendre ses oeuvres anciennes soit en les rachetant, soit en les échangeant contre de nouvelles. Le plus souvent, il les détruira, parfois il les retravaillera, les retouchera. Pour lui, une oeuvre d'art ( tant qu'elle n'est pas détruite ) est vivante et son auteur reste en dialogue avec elle. "

" Le jalousie et la malveillance innervent la légende de Soutine qui n'a pas toujours su se faire aime et qui, visiblement, n'en avait cure. "

Nomade, il voyage dans le sud de la France ( Céret, Cagnes, Vence ), peint des portraits, des animaux, des paysages, des arbres, figure tutélaire.

.

Les platanes a ceret by chaim soutine c 1920

- Les platanes à Céret - 1920 -

.

L'ulcère à l'estomac dont il mourra le fait déjà souffrir. C'est par le marchand d'art Paul Guillaume ( à qui nous devons la collection du musée de l'Orangerie ) qu'il accèdera à la reconnaissance ainsi qu'à l'aisance financière en le faisant connaître au collectionneur américain Barnes en 1922 ( on dit que, emporté par son enthousiasme, le collectionneur lui acheta cette première fois entre cinquante et cent toiles ). En 1927, c'est la première exposition à Paris, puis en 1935, une exposition à Chicago. Après le décès de Paul Guillaume en 1935, C.Soutine est soutenu par le couple d'amateurs Madeleine et Marcellin Castaing, qui le reçoivent régulièrement dans leur demeure près de Chartres. Il meurt à Paris en 1943, ayant vécu ses dernières années, malade, " en semi-clandestinité ".

.

Soutine glaieuls

- Les Glaïeuls - 1919 -

.

Soutine maisons

- Les maisons - 1920-21 -

.

Chaim soutine grotesque

 

Vers 1922, il peint l'un de ses rares autoportraits, qu'il intitule Grotesque. Ce visage déformé, cet excès agressif qui ne relève pas de la caricature, inspirera les autoportraits du peintre anglais Francis Bacon, qui pratique le même type de peinture, sans dessin préparatoire, fougueuse, directe sur la toile.

.

Chaim soutine le petit patissier

- Le petit patissier - 1923 -

.

Soutine le poulet plume 1925

- Le poulet plumé - 1925 -

.

Soutine arbre dans le vent

- Arbre dans le vent - 1939 -

.

Ce livre constitue ( heureux hasard de lecture que j'ai complété par le hors-série Découvertes Gallimard publié en partenariat avec le musée de l'Orangerie ) une intéressante introduction à l'exposition présentée au musée d'art et d'histoire du Judaïsme jusqu'au 31 octobre : 

Chagall, Modigliani, Soutine... Paris pour école, 1905-1940.

Chagall modigliani soutine paris pour ecole mahj

( à suivre au prochain épisode )

.

Du 15 septembre 2021 au 15 janvier 2022, au musée de l'Orangerie :

Affiche soutine kooning

.

- Tania vous propose un autre titre : Le dernier voyage de Soutine de Ralph Dutli ( Le bruit du temps ) ICI -

*

Commentaires

  • Bono Chamrousse

    1 Bono Chamrousse Le 13/09/2021

    Très intéressant ! Merci :-*)
    marilire

    marilire Le 13/09/2021

    Avec plaisir. Merci pour tes lectures de mes longs articles :-)
  • Aifelle

    2 Aifelle Le 14/09/2021

    Je ne suis pas très fan de la peinture de Soutine, dont j'ai vu les toiles à plusieurs reprises, y compris à Céret. J'ai un peu lu sur sa vie, mais rien d'aussi détaillé que ce que tu expliques aujourd'hui. C'était une sacrée époque à Paris ..
    marilire

    marilire Le 14/09/2021

    Une époque incroyable. L' exposition au Mahj m'a particulièrement intéressée, justement, parce qu'elle met en lumière cette effervescence artistique cosmopolite.
  • Passage à l'Est!

    3 Passage à l'Est! Le 14/09/2021

    Je connaissais le nom, mais pas les oeuvres et celles que tu reproduis me plaisent beaucoup meme si je ne les vois "que" sur écran. Je note donc: le livre, et la visite à l'Orangerie (à moins d'avoir la chance de trouver une expo plus près de chez moi!).
    marilire

    marilire Le 15/09/2021

    Je ne peux qu'approuver cette visite à l'Orangerie lorsque cela te sera possible ( et puis Les Nympheas de Monet, et une balade au Tuileries jusqu'au Louvre, ça ne se refuse pas ).
  • Dominique

    4 Dominique Le 14/09/2021

    Comme j'ai ce post, j'ai l'intention de lire une bio de ce peintre parue chez le Bruit du temps , tu as réveillé mon envie
    marilire

    marilire Le 15/09/2021

    J'en suis ravie ! J'ai vu cette biographie aux éditions Le bruit du temps, j'ai hésité, et finalement j'ai résisté, venant de lire ce Rouge Soutine. Ce sera pour plus tard, après ton billet certainement...
  • A_girl_from_earth

    5 A_girl_from_earth Le 14/09/2021

    Oooh mais moi qui cherchais justement des expositions inspirantes ! Merci pour ce billet !
    marilire

    marilire Le 15/09/2021

    L'automne parisien est généreux en expositions inspirantes. Pour cette exposition Paris pour école, ce sera pour un prochain billet ( entre les lectures, les rencontres, les expositions, il y a comme une file d'attente dans les chroniques ! ).
  • keisha

    6 keisha Le 15/09/2021

    Je ne garantis pas que je me précipiterai voir cette expo! ^_^
    marilire

    marilire Le 15/09/2021

    Il y en a tant d'autres :-)
  • Kathel

    7 Kathel Le 15/09/2021

    J'avais noté l'expo au musée de l'Orangerie pour une future virée parisienne depuis... deux ans ou peut-être même trois !
    marilire

    marilire Le 16/09/2021

    Tout pareil, il a fallu être patient. Maintenant, mode rattrapage !
  • MARIE-ANNE BRUCH

    8 MARIE-ANNE BRUCH Le 16/09/2021

    Bonjour, je n'étais pas au courant de cette exposition et votre article me donne très envie d'y aller. Surtout que j'aime bien Soutine et son style très torturé, expressionniste. Le rapprochement avec Francis Bacon m'a bien intéressée. Votre article est très bien fait, en tout cas !
    marilire

    marilire Le 16/09/2021

    Grand merci pour votre commentaire. Dans un prochain billet, je présenterai cette exposition. Elle est particulièrement intéressante parce qu'elle ne se limite pas aux noms les plus célèbres ( Soutine pour lequel il y a peu de tableaux, Chagall, Modigliani ) mais présente les artistes et les oeuvres de cette période que nous connaissons moins.
  • Tania

    9 Tania Le 16/09/2021

    L'art de Soutine me touche depuis la première fois que je l'ai croisé et j'avais beaucoup aimé la rétrospective de 2012 à l'Orangerie.
    marilire

    marilire Le 16/09/2021

    J'ai également découvert la peinture de C.Soutine à l'Orangerie, un coup de foudre.

Ajouter un commentaire