Sur les ossements des morts - Olga Tokarczuk

Olgat

- Editions Noir sur Blanc 2012 - Libretto ( Phébus ) 2014 -

- Traduit du polonais par Margot Carlier -

Janina Doucheyko, ingénieure en retraite, enseigne l'anglais dans une petite école et s'occupe, hors saison, des résidences secondaires de son hameau au c ur des Sudètes. Elle se passionne pour l'astrologie et pour l'oeuvre de William Blake, dont elle essaie d'appliquer les idées à la réalité contemporaine. Aussi, lorsqu'une série de meurtres étranges frappe son village et les environs, y voit-elle le juste châtiment d'une population méchante et insatiable. La police enquête. Règlement de comptes entre demi-mafieux dus aux trafics frontaliers avec la Tchéquie ? Les victimes avaient toutes pour la chasse une passion dévorante. Quand Janina Doucheyko s'efforce d'exposer sa théorie dans laquelle entrent la course des astres, les vieilles légendes et son amour inconditionnel de la nature, tout le monde la prend pour une folle. Mais bientôt, les traces retrouvées sur les lieux des crimes laisseront penser que les meurtriers pourraient être des animaux !

.

Ce roman aux allures de polar est tout en atmosphère, dense et limpide à la fois, prenant bien qu'il ne se dévore pas. 

La narratrice de ces quelques trois cent pages est une femme vieillissante, isolée, qui a élu domicile dans un hameau d'une région montagneuse polonaise non loin de la frontière de la Tchéquie, un territoire de chasseurs. L'hiver, elle n'a que deux voisins, dont un braconnier, le premier à mourir. Elle nous raconte une année, au fil des saisons, cette année meurtrière, y mêlant ses réflexions sur " l'ordre du monde " qu'elle ne comprend pas, qu'elle refuse de comprendre. Janina Doucheyko est une femme en colère, en colère contre la violence des hommes, contre les hommes.

" D'une certaine manière, nous aussi, nous défions l'hiver, simplement il nous ignore, à l'instar du reste du monde, d'ailleurs. Deux vieux excentriques. Hippies sur le retour. "

Sans complaisance, envers elle-même " la vieille toquée ", envers les autres, elle dit sa région et les gens qui y vivent, ses voisins, ceux du village, ceux du plateau, renommant les lieux et les personnes selon ce qu'ils lui inspirent, s'en explique, et s'attarde sur sa passion de l'astrologie et des horoscopes.

Le mouvement des planètes est toujours hypnotique, beau, on ne peut l'arrêter ni l'accélérer. Il est réconfortant de penser que cet ordre surpasse de loin le lieu et le temps de Janina Doucheyko. Cela fait du bien de garder une confiance absolue en quelque chose. "

Par sa fonction de " gardienne " des résidences secondaires avoisinantes, elle nous décrit son environnement au plus proche de la nature. Parce que ce dont nous parle cette femme, c'est de la relation de l'homme à la nature, aux saisons, aux animaux. Sans concession, ce récit semble d'une actualité saisissante quant à sa dénonciation de la chasse, de l'exploitation de la faune et de la flore.

Nous, on pense le monde, les animaux le ressentent, tu sais. "

En filigrane, on lit la Pologne post-communisme, les souvenirs de " l'époque allemande ", et cette frontière avec la Tchéquie où l'herbe est évidemment plus verte, le ciel plus doux, plus lumineux.

Ce récit peut paraître lent, il est très bien mené, on s'immerge véritablement dans cette région, dans les pensées tristes et coléreuses de Janina Doucheyko, ses peurs, ses cauchemars, ses maux, et son plaisir à recevoir un ancien élève qui traduit Blake. Les pages sont parsemées de vers qu'ils s'échinent à traduire; en témoigne le titre issu d'un poème ainsi que les extraits à chaque début de chapitres.

Olga Tokarczuk nous offre de belles descriptions. Avec un réel talent, elle nous emmène sur les chemins de la forêt comme sur ceux d'une pensée qui nous raconte aussi la relation à l'autre et notre mortalité.

Blake s'accordait à merveille avec l'ambiance de cette soirée : on avait l'impression que le ciel était tombé très bas au-dessus de la Terre, de sorte qu'il laissait à tous les êtres vivants peu de place pour vivre, peu d'air. Des nuages bas et sombres n'avaient cessé de défiler dans le ciel toute la journée, pour finalement, tard dans la soirée, frotter leur ventre mouillé contre les collines. "

.

" Si je la connaissais moins bien, j'aurai sans doute lu ses livres. Mais puisque je la connais, j'ai trop peur de cette lecture. Peur de m'y reconnaître, présentée d'une façon que je ne pourrais certainement pas comprendre. Ou d'y retrouver mes endroits préférés qui, pour elle, n'ont pas du tout la même signification que pour moi. D'une certaine façon, les gens comme elle, ceux qui manient la plume, j'entends, peuvent être dangereux. On les suspecte tout de suite de mentir, de ne pas être eux-mêmes, de n'être qu'un oeil qui ne cesse d'observer, transformant en phrases tout ce qu'il voit; tant et si bien qu'un écrivain dépouille la réalité de ce qu'elle contient de plus important : l'indicible. "

.

- Littérature polonaise contemporaine pour cette participation au Mois de l'Europe de L'Est -

*

Commentaires (32)

1. keisha 11/03/2019

Je l'ai à la maison! Et j'ai adoré!

2. Marilyne 11/03/2019

@ Keisha : ah, je suis ravie que tu confirmes :). Je pense que je vais relire Olga Tokarczuk, je suis très curieuse de son Les Pérégrins.

3. Annie (site web) 11/03/2019

Ton billet me fait penser qu'il serait grand temps pour moi de m'intéresser à la littérature polonaise !

4. Kathel (site web) 11/03/2019

J'ai lu Les pérégrins, ce sont des nouvelles (mon avis sur Babelio https://www.babelio.com/livres/Tokarczuk-Les-Peregrins/191672/critiques/145659 )
Je ne sais pas si je relirai l'auteure... peut-être ^-^

5. Valentyne 11/03/2019

J’avais beaucoup aimé cette « vieille toquée « 
Pleine de contradictions mais pas bête du tout

Olga Tokarczuk a sorti il y a peu de temps un pavé « les livres de Jakób » que j’ai repéré... pour l’an prochain...

6. Sandrine (site web) 11/03/2019

Confiante, j'ai réservé et emprunté son dernier roman à la bibliothèque. Mazette, il compte 1 000 pages ! Va falloir que je me le garde pour l'été...

7. Anne (site web) 11/03/2019

Humhum... ce livre traîne dans ma PAL...

8. Marilyne 11/03/2019

@ Annie : je m'intéresse à la littérature de l'Est mais je n'étais jamais allée en Pologne. La rencontre a été intéressante et motivante.

@ Kathel : oui, j'ai compris le principe. J'ai suivi Sentinelle lors de sa lecture qu'elle a partagé en plusieurs billets au fil des pages. Et elle m'a sérieusement tentée :) Je vais aller voir ton avis sur Babelio ( je crois comprendre que ce n'est pas coup de coeur... ;))

9. Marilyne 11/03/2019

@ Valentyne : ah, moi aussi :). Et si j'ai vu venir la résolution, j'ai été touchée par l'épilogue.
J'ai vu Les livres de Jacob, je n'ai pas osé pour une première lecture, malgré les bons retours que j'ai pu lire.

@ Sandrine : alors, je suis très très curieuse de ton retour de lecture de ce " pavé de l'été " :). J'espère que tu me convaincras.

@ Anne : et je ne suis pas étonnée :-D . Tu ne devrais pas être déçue.

10. Goran (site web) 11/03/2019

Très bel article, tu donnes vraiment envies et je ne peux que noter...

11. Aifelle (site web) 11/03/2019

Je l'ai noté depuis un bon moment, mais pas encore attaqué !

12. Ingannmic (site web) 11/03/2019

J'avais beaucoup aimé ce titre, et son curieux mélange des genres, ainsi que son ambiance originale. Comme Sandrine, je me suis procuré son volumineux dernier titre (Le livre de Jakob), que je lirai sans doute à l'occasion du pavé de l'été.

13. dasola (site web) 11/03/2019

Bonsoir Marilyne, je serais curieuse de rencontrer la "vieille toquée". Je note. Bonne soirée.

14. krol (site web) 11/03/2019

Je l'avais noté, me semble-t-il, ce roman !

15. Dominique (site web) 12/03/2019

j'ai beaucoup aimé ce livre qui porte un message tout en gardant distance et dérision
Elle est très forte ! j'ai sous le coude son dernier roman qui me tentait bien

16. niki (site web) 12/03/2019

je note puisque cela semble conseillé, mais je commence à me dire qu'il faut que j'évite ton blog sinon ma pal risque l'overdose :D (je plaisante, j'aime énormément ton style d'écriture)

17. Marilyne 12/03/2019

@ Goran : merci, j'espère que tu céderas à la tentation.

@ Aifelle : cela faisait un bon moment aussi que je l'avais noté ! Ce mois à l'Est a été une belle occasion.

@ Ingannmic : je te rejoins, je me suis attachée à cette lecture. J'attends l'été pour vos retours sur son dernier titre ( il semble être dans les projets " pavé de l'été " de plusieurs lectrices :))

@ Dasola : bonjour Dasola, j'espère que tu apprécieras la lecture autant que moi.

18. Marilyne 12/03/2019

@ Krol : c'est très possible, il y a eu de bons retours. Et cette édition en Libretto est très agréable à lire.

@ Dominique : ah oui, il dit beaucoup de choses ce roman. Avant Les Livres de Jakob, je suis très intéressée par Les Pérégrins ( même s'il ne me paraît pas facile ).

@ Niki : merci pour le compliment. Je crois que nous pouvons considérer nos Pal comme des causes perdues...

19. yuko (site web) 12/03/2019

Un roman polonais ? Je le note, c'est un genre que je connais trop peu...

20. Patrice (site web) 12/03/2019

Cela fait longtemps que je voulais lire un livre de cette auteure ! Ton billet donne envie de s'y plonger, merci beaucoup !

21. Marilyne 13/03/2019

@ Yuko : je n'y connais pas grand chose non plus, et je n'ai pas regretté le voyage.

@ Patrice : Pareil, une auteure notée depuis longtemps et votre mois de l'Europe de l'Est m'a fourni une belle occasion, merci à vous.

22. ellettres (site web) 13/03/2019

J'aime bien ce genre de personnage, je pense que je vais m'y intéresser.

23. Marilyne 13/03/2019

@ Elletres : Elle n'est pas joyeuse mais on se laisse totalement prendre à cette lecture, on s'attache à ce personnage.

24. maggie (site web) 14/03/2019

Un nouveau pays à explorer ( je ne crois aps avoir lu de romancier polonais pour l'instant. Je note. PS :tu as chroniqué D. Diop ? Je n'ai rien trouvé sur ton site...

25. Tania (site web) 14/03/2019

Très intéressant, malgré ce titre effrayant, je le note.

26. Lili (site web) 14/03/2019

L'histoire semble originale et tout à fait lucide sur l'ordre du monde. J'ai bien envie de me laisser tenter par un tel récrit, assez différent de ce qui circule sur les blogs en ce moment. Et puis, j'ai une sympathie instinctive pour "la vieille toquée" :D

27. Marilyne 14/03/2019

@ Maggie : oui, pour le roman de Diop ( onglet Lectures / Littérature française ) : http://www.lireetmerveilles.fr/pages/lectures/frere-d-ame-david-diop.html

@ Tania : je reconnais que le titre donne le ton...

28. Marilyne 14/03/2019

@ Lili : j'ai aussi eu une certaine sympathie pour elle ;). C'est un beau roman. Qui me permet de renouer avec la littérature de l'Est :)

29. Ada (site web) 15/03/2019

Je ne connais pas son nom (en même temps, moi et les noms de l'Est...) mais le titre me dit quelque chose, donc il doit avoir sa petite réputation ! Mais comme ça, je ne voyais pas trop, alors merci pour la découverte !

30. Marilyne 15/03/2019

@ Ada : Oui, ce titre ( comme son auteur ) n'est pas passé inaperçu, c'est à cette occasion que je l'ai noté. Il vaut vraiment la découverte.

31. Brize (site web) 21/03/2019

Je l'avais dans ma PAL depuis un moment et je l'ai sorti il y a peu. J'aime bien, mais je ne sais pas si j'ai choisi le bon moment car, comme c'est lent, je l'ai délaissé pour lire autre chose...

32. Marilyne 22/03/2019

@ Brize : ah, en effet, peut-être pas le bon moment. C'est vrai que c'est lent, un récit tout en atmosphère ( ce n'est pas franchement un roman policier au sens classique ).

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire