Croisement - Ivan Bounine

 

Longtemps, dans une lueur crépusculaire,

J'ai marché seul vers le couchant.

Mais l'obscurité grandissait - et au croisement

Je me retournai doucement.

.

La faible clarté du couchant frémissait à peine.

Mais après la lumière, qu'il est blême,

Qu'il est imposant et sévère

Le bleu du ciel nocturne !

.

Et pâles, pâles sont les étoiles du ciel...

Et longtemps encore je serai dans l'obscurité

Avant que, d'en haut, elles ne brillent

Avec plus de chaleur et d'éclat.

.

( 1904 )

- Extrait de Mon coeur pris par la tomberecueil de poésies d'Ivan A. Bounine ( Voronej 1870 - Paris 1953. Premier écrivain russe à recevoir le Prix Nobel de littérature : 1933 ) - Choix, présentation et traduction du russe par Madeleine de Villaine - Collection bilingue Orphée des éditions La Différence -

( projet personnel de relier ce mois-ci la lecture d'un recueil de nouvelles à celle de la poésie de son auteur - recueil La Nuit )

.

Poésie russe pour accompagner la semaine thématique de Dominique qui a présenté notamment Récit d'un jeune médecin de Mikhaïl Boulgakhov ( ICI ), recueil de nouvelles lu ce mois-ci, j'ai manqué de disponibilité pour en rédiger la chronique, Dominique m'a entendue et l'a très bien écrite :)

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau