" Des yeux de glace " - Marina Tsvétaïéva

.

Quatre ans.

Des yeux de glace.

Le regard - déjà funeste.

Aujourd'hui pour la première fois

.

Tu regardes

Sous les murs du Kremlin

Se rompre la glace.

.

Glace, glace

Et coupoles

Qui tintent d'or,

Qui tintent d'argent.

Bras croisés,

Bouche muette.

Sourcils froncés - Napoléon ! -

Tu contemples le Kremlin.

.

- Maman, où va la glace ?

- Devant, petit cygne !

Laissant derrière les palais, les églises et les portes -

Devant, petit cygne !

L'oeil

Bleu est préoccupé.

- M'aimes-tu Marina ?

- Beaucoup !

- Pour toujours ?

- Oui.

.

Bientôt, le crépuscule,

Bientôt - il faut rentrer :

Toi, dans ta chambre d'enfant

Et moi, lire les lettres insolentes,

Me mordre les lèvres.

.

Et

La glace

Passe.

.

- 1916 - Extrait de Le ciel brûle suivi de Tentative de jalousie - Préface de Zéno Bianu - Traductions de Pierre Léon et d'Eve Malleret - Gallimard Poésie -

- Un article sur Marina Tsvétaïéva ICI -

.

Sur ces vers se clôt la semaine thématique Hiver Russe de février.

Prochain rendez-vous du 09 au 16 mars

*

Commentaires (3)

1. Dominique (site web) 24/02/2014

on en finit jamais avec cette diablesse de poète

2. claudialucia (site web) 25/02/2014

C'est très beau cette conversation entre la mère et l'enfant! Mais en même temps très étrange; C'est étonnant aussi la précision de la description de l'enfant, et des coupoles d'or du Kremlin. C'est très visuel. Les images naissent!

3. Tania (site web) 02/03/2014

Très beau poème pour clôturer cette semaine russe - je n'ai guère eu de temps pour commenter, mais j'ai tout lu avec grand intérêt.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau