Encore frissonnant - J.Supervielle

 .

Encore frissonnant

Sous la peau des ténèbres,

Tous les matins je dois

Recomposer un homme

Avec tout ce mélange

De mes jours précédents

Et le peu qui me reste

De mes jours à venir.

Me voici tout entier,

Je vais vers la fenêtre.

Lumière de ce jour,

Je viens du fond des temps,

Respecte avec douceur

Mes minutes obscures,

Epargne encore un peu

Ce que j'ai de nocturne,

D'étoilé en dedans

Et de prêt à mourir

Sous le soleil montant

Qui ne sait que grandir.

.

- Jules Supervielle, poète franco-uruguayen - extrait de La Fable du monde ( Poésie Gallimard ) -

.

Aldo sessa

Aldo Sessa ( photographe argentin )-

*

Commentaires (5)

1. martine (site web) 19/07/2015

« Celui qui chante dans ses vers,
Celui qui cherche dans ses mots,
Celui qui dit ombres sur blanc
Et blancheurs comme sur la mer
Noirceurs sur tout le continent,
Celui qui murmure et se tait
Pour mieux entendre la confuse
Dont la voix peu à peu s'éclaire
De ce que seule elle a connu
Celui qui sombre sans regret
Toujours trompé par son secret
Qui s'approche un peu et s'éloigne
Bien plus qu'il ne s'est approché,
Celui qui sait et ne dit pas
Ce qui père au bout de ses lèvres
Et, se taisant, ne le dira
Qu'au fond d'une blafarde fièvre
Au pays des murs sans oreilles,
Celui qui n'a rien dans les bras
Sinon une grand tendresse,
Ô maîtresse sans précédent,
Sans regard, sans cœur, sans caresses,
Celui-là vous savez qui c'est
Ce n'est pas lui qui le dira »

2. Dominique (site web) 19/07/2015

copié collé et toc dans mon livre de poésies rassemblées ici et là
merci merci

3. Anne (site web) 19/07/2015

Grand sourire et très très grand merci ! <3

4. Aifelle (site web) 20/07/2015

C'est fou ce que le début de ce poème me parle ...

5. Tania (site web) 26/07/2015

Très beau poème, je vais aussi le garder pour le relire.
Bonne après-midi !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau