Lettre en novembre - Sylvia Plath

 

Mon amour, le monde
Tourne, le monde se colore. Le réverbère
Déchire sa lumière à travers les cosses
Du cytise ébouriffé à neuf heures du matin.
C'est l'Arctique,

Ce petit cercle noir,
Ses herbes fauves et soyeuses -- des cheveux de bébé.
L'air devient vert, un vert
Très doux et délicieux.
Sa tendresse me réconforte comme un bon édredon.

Je suis ivre, bien au chaud.
Je suis peut-être énorme,
Si bêtement heureuse
Dans mes bottes en caoutchouc,
A patauger dans ce rouge si beau, à l'écraser.

Je suis ici chez moi
Deux fois par jour
J'arpente ma terre, je flaire
Le houx barbare,
Son fer virile et pur,

Et le mur des vieux cadavres
Je les aime.
Je les aime comme l'histoire.
Puis les pommes d'or,
Imagine --

Imagine mes soixante-dix arbres
Dans une épaisse et funèbre soupe grise
Occupés à retenir leurs balles d'or éclatant,
Leur million
De feuilles métalliques haletantes.

Ô amour, ô célibat.
Je suis seule avec moi,
Trempée jusqu'à la taille.
L'or irremplaçable
Saigne et s'assombrit, gorge des Thermopyles.

.

- Extrait du recueil Ariel - Poésie Gallimard - Traduction de Valérie Rouzeau - 

( projet personnel de relier ce mois-ci la lecture d'un recueil de nouvelles à celle de la poésie de son auteur - recueil Dimanche chez les Minton )

*

Commentaires (2)

1. Martine Littér'auteurs (site web) 09/11/2014

Miroir

Je suis d’argent et exact. Je n’ai pas de préjugés.
Tout ce que je vois je l’avale immédiatement,
Tel quel, jamais voilé par l’amour ou l’aversion.
Je ne suis pas cruel, sincère seulement —
L’œil d’un petit dieu, à quatre coins.
Le plus souvent je médite sur le mur d’en face.
Il est rose, moucheté. Je l’ai regardé si longtemps
Qu’il semble faire partie de mon cœur. Mais il frémit.
Visages, obscurité nous séparent encore et encore.

Maintenant je suis un lac. Une femme se penche au-dessus de moi,
Sondant mon étendue pour y trouver ce qu’elle est vraiment.
Puis elle se tourne vers ces menteuses, les chandelles ou la lune.
Je vois son dos, et le réfléchis fidèlement.
Elle me récompense avec des larmes et une agitation de mains.
Je compte beaucoup pour elle. Elle va et vient.
Chaque matin c’est son visage qui remplace l’obscurité.
En moi elle a noyé une jeune fille, et en moi une vieille femme
Se jette sur elle jour après jour, comme un horrible poisson.

Traduction Valérie Rouzeau, dans Sylvia Plath, Œuvres, Quarto Gallimard, 2011

2. niki (site web) 09/11/2014

c'est superbe marilyne, merci pour ce partage

Ajouter un commentaire