Les haïkus du peintre d'éventail - Hubert Haddad

Ha

- Zulma -

.

Gros flocons de neige -

comme des lettres d’amour

là-haut déchirées

.

Juste au bord de l’eau

la cueilleuse d’hyacinthes

un parfum la noie

.

Des fleurs oubliées

mémoire est ruche au fin miel

ou morne herbier

.

Ces haïkus sont extraits du recueil Les Haïkus du peintre d’éventail de Hubert Haddad publié aux éditions Zulma conjointement au roman Le peintre d’éventail.

Ce recueil présente les haïkus des personnages peintre-poètes-jardiniers, cette œuvre et sa restitution essentielles dans le roman. On y lit le jardin et ses saisons, on y découvre, devine l’histoire, à peine évoquée, du vieux jardinier Osaki, le peintre d’éventail qui initiera Matabei à ses arts, on y reconnaît des moments du récit et des pensionnaires de l’auberge, scènes fugaces et portraits esquissés,  » un jardin dans le jardin « .

Lorsque l’on a été touché par la lecture du  » Peintre d’éventail «   comme je l’ai été, il est émouvant de poursuivre cette lecture en vers, d’y lire les haïkus des éventails, «  mémoire vivante  » et  » seuls vestiges  » – selon les expressions de l’éditeur – d’un jardin et de ses jardiniers  ( je ne peux en dire plus sans dévoiler le récit ). Toutefois, il n’est pas nécessaire d’avoir lu le roman pour apprécier ce recueil.

***

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau