Mon ombre épaisse et lente - Clochelune

Clochelune

.

Une larme

cueillie ce matin

sur la rose à naître

.

Volent au vent d’automne

feuille rouge feuille jaune

et tes cheveux blancs

.

Dans mon cahier

deux pétales d’orchidée

sèment leurs secrets

.

- Extrait du recueil de haïkus Mon ombre épaisse et lente de Juliette Schweisguth dite Clochelune – Editions Pippa – Collection Kolam Poésie -

Je ne souhaite pas vous présenter ce recueil, simplement vous dire qu’il existe et vous inviter à le découvrir par ce florilège que je me permets de publier sur mes pages. Je ne souhaite pas le présenter car il s’agit de l’œuvre à la publication posthume d’une jeune femme née avec une malformation cardiaque décédée l’année dernière et qu’il me faut commencer par cette information pour le présenter. La maladie, le manque d’oxygène n’ont pas épargné Juliette. Son souffle, elle l’a trouvé dans les livres, dans la lecture, puis l’écriture poétique. Alors, je préfère vous offrir ses vers qu’elle nous a laissé.

.

La poésie

jeune pousse sur cœur mûr

en robe de fête

.

Parce qu’  » Il serait injuste et réducteur de voir en Juliette uniquement une jeune femme malade  » comme le souligne le poète Thierry Cazals qui l’a accompagnée et qui signe l’une des préfaces de ce recueil, témoignant de son art, de cette fraîcheur de son regard et de sa plume, de sa lucidité face à l’impermanence et de sa sensibilité  » au cœur  » de la vie, son cœur ouvert à la lune et à la nuit, aux rivages bretons, au ronronnement du chat, aux bruissements de la nature, à la musique des notes et des mots…

.

Harunobu1 213x300

- estampe de Harunobu -

***

*

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau