Sharaz-De – Toppi

Quand on me dit rendez-vous BD italienne, je pense à Milo Manara ( son diptyque consacré au Caravage est superbe - chronique ICI ) et Sergio Toppi

Sharaz de

.

» La nuit, ô Seigneur, est encore le royaume des rapaces nocturnes. L’aube qui m’apportera la mort est lointaine, consens, ô mon roi, pour agrémenter les heures à venir que je te raconte des histoires anciennes et singulières jusqu’à ce que le jour nouveau m’enlève la voix et la vie. « 

- Editions Mosquito - Traduction : Michel Jans - ( parution originale 1979 )

Inconditionnelle de l’univers graphique du maître italien, je me suis perdue avec fascination dans sa version des Mille et Une Nuits.

Sergio Toppi respecte le procédé narratif de ces contes orientaux : une première histoire en rappelant l’origine, pourquoi une jeune femme chaque nuit mise à mort à l’aube jusqu’à l’arrivée de Shéhérazade et de ses histoires des temps anciens :  » et alors dans la nuit silencieuse Sharaz-De prit la parole. « 

Et c’est un enchantement dans tous les sens du terme. L’album devient hypnotique autant par les histoires - ce rythme circulaire de nuits en nuits qui s’ouvre et se termine par les invocations de Sharaz-De - que par les images.

A chaque histoire, les premiers mots plongent dans l’univers du conte tandis que les derniers évoquent toujours et de manière différente ( en décrivant à chaque fois la préparation d’une activité diurne ) le jour et la vie qui reviennent alors qu’ils vont quitter Sharaz-De :  » …et déjà l’aube efflleurait les clochetons du palais, les musiciens, d’une main encore incertaine, accordaient leurs instruments. Le jour allait leur apporter de nouveaux chants et pour Sharaz-De la mort. Mais le roi voulut entendre d’autres histoires de sa bouche… «  

Planchea 24583

Les dessins de Sergio Toppi sont reconnaissables entre tous : l'ampleur des illustrations, des noirs et blancs profonds, des plans rapprochés et pourtant des décors minutieux, fouillés, tout en jeux d’ombres et de lumières, en ambiance et en interprétation de celle-ci avec ce crayon affiné et affûté qui trace des hachures et courbes inattendues, déconcertantes au premier regard. Ce trait surprenant donne un véritable effet relief, l’impression parfois de voir des sculptures, la page devient matière.

Le trait est aussi élégant qu'expressif, les compositions fouillées avec une économie de moyens remarquable; son style également, qui déborde du cadre classique de la BD : des dessins souvent pleine page sur lesquels s'ajoutent d'autres comme des vignettes, en dynamique, des découpages qui joue des perspectives, du temps; il brise la mise en page, la déstructure, vigilant de " l'image globale " et de " l'équilibre entre le vide et le plein" . Ses BD racontent, elles sont aussi fascinantes, en atmosphère sur le réalisme de la représentation. Sergio Toppi s'est toujours intéressé à l'Histoire comme aux légendes, il se documente beaucoup, prend plaisir à ses recherches pour developper ensuite un univers. Le maître italien est autant conteur qu'il est ilustrateur.

L’illustration est impressionnante et audacieuse par sa dimension artistique et sa profondeur, d’autant que cet album alterne les récits en noir & blanc à d’autres colorisés. Le lecteur se livre à une véritable exploration de la page, de ses reliefs. C’est un orientalisme stylisé qui apparaît dans les arabesques, les lignes entrelacées, les portraits majestueux qui témoignent de la magnificence; des planches hors cadre qui semblent pleine page, mêlant le sacré, le traditionnel et le merveilleux interprétés par une incomparable virtuosité graphique.

Cette intégrale ( réunissant les deux tomes ) est un album de collection.

.

Sharaz de 3

.

Sharaz toppi 1

.

Toppi06

.

Sharaz toppi 2

.

Je vous invite sur la page dédiée à Sergio Toppi sur le site des éditions Mosquito ICI ( en France, les éditions Mosquito ont publié trente-six livres de Sergio Toppi ). Sur la page de l'album - ICI - il est possible de lire l'une des histoires en ligne.

- Participation au mois italien organisé par Martine -

*

Commentaires (9)

1. Anne (site web) 15/05/2019

Ce travail est remarquable comme tu l'expliques si bien mais je dois avouer que ça ne me touche guère... (Désolée...)

2. Marilyne 15/05/2019

@ Anne : tu n'as pas à être désolée ! Tu sais, de mon côté, je reste hermétique à un autre grand nom de la BD italienne : Hugo Pratt et son Corto Maltese. Je vais refaire une tentative ce mois-ci...

3. Lili (site web) 15/05/2019

Ce dessin est très impressionnant, il a quelque chose de grandiose. Merci pour cette découverte (je ne connais aucun auteur de BD italien, j'ai donc fait dans le français, moi, aujourd'hui).

4. Autist Reading (site web) 15/05/2019

Je ne connaissais pas du tout cet illustrateur. Je dois avouer que ses dessins sont bluffants (j'aime beaucoup moins ces dessins en couleurs).

5. Marilyne 15/05/2019

@ Lili : avec plaisir, j'espère que tu auras l'occasion de feuilleter l'un des albums de Sergio Toppi. Tu as du choix.

@ Autist Reading : comme toi, j'aime particulièrement le noir & blanc de Toppi. J'espère un jour une exposition d'originaux.

6. Kathel (site web) 16/05/2019

J'avoue être assez hermétique aux dessins, même si je reconnais que c'est bien fait...

7. Marilyne 16/05/2019

@ Kathel : je reconnais que c'est un style très particulier ( qui m'a envoûtée ;))

8. Annie (site web) 17/05/2019

Quelle force en effet. C'est aussi très angoissant. Il va bien falloir d'une manière ou d'une autre que je me mette à lire les "Mille et une nuits". Bonne journée, Maryline.

9. Marilyne 17/05/2019

@ Annie : nous sommes deux à nous promettre de lire les Mille et une nuits ! J'ai déjà un tome, aux éditions Phebus, qui m'ont été conseillées pour la traduction. Bonne journée à toi, je suis en route pour un week end parisien ( tout gris )

Ajouter un commentaire